Les parents qui ne sont pas satisfaits des résultats obtenus par leur enfant aux derniers examens du CPE ont jusqu’à demain pour faire une demande pour une nouvelle correction des scripts s’ils le souhaitent. Le Mauritius Examinations Syndicate (MES) se prépare aussi pour les examens de rattrapage prévus pour lundi prochain. Rappelons que le resit concerne ceux à qui il manque une seule matière pour l’obtention du CPE.
Pour rappel, les résultats du CPE 2014 ont été rendus publics le vendredi 5 décembre dernier et que le taux de réussite pour le « First sitting » est de 77,21 %. Il y a 3 553 candidats qui n’ont pu obtenir leur diplôme de fin de scolarité primaire parce qu’ils ont failli dans une matière et qui sont éligibles donc pour prendre part à l’examen de rattrapage lundi prochain.
Par ailleurs, Lucien Finette, directeur du MES, proche de l’ancien Premier ministre, occupe ce poste depuis janvier 2006. En mai 2010, il avait donné sa démission pour se présenter comme candidat du PTr aux élections générales dans la circonscription Beau-Bassin/Petite-Rivière. N’ayant pu se faire élire, il avait été reconduit au poste de directeur de cet organisme. Au Mauricien qui l’interrogeait ce matin sur sa démarche par rapport au MES, Lucien Finette a répondu qu’il « n’est pas question » qu’il « s’accroche déraisonnablement à ce poste » alors qu’il a été nommé, dit-il, par l’ancien Premier ministre. Toutefois, explique-t-il, en raison de la nature des activités de cet organisme, il attend l’installation du prochain ministre de l’Éducation pour le mettre au courant des affaires les plus urgentes, d’autant qu’il n’a pas d’adjoint. Et de citer entre autres le resit du CPE, la mise en place d’un nouveau dispositif pour la réception en ligne des résultats du SC qui seront connus le 21 janvier, ainsi que la mise en route des nouveaux projets, tels le HSC Professional qui sera introduit à compter de janvier prochain dans le programme d’études du HSC. « Mis à part le dossier CPE, chaque jour nous recevons au moins une dizaine de courriers de Cambridge auxquels je dois répondre. Il y a par exemple des demandes concernant les cas de malpractices aux derniers examens de SC que nous avons signalés. Nous sommes aussi en train de finaliser avec l’aide de Cambridge les dernières modalités pour la mise en place du HSC Professional. Si on me demande de partir toute de suite je le ferai. Compte tenu de mes responsabilités au niveau national, je dois m’assurer qu’il y a continuité dans les projets qui sont en cours et je souhaiterais faire le handing over. Je voudrais souligner que dans ma fonction j’ai toujours gardé une distance par rapport aux activités politiques », dit Lucien Finette.