Le groupe Barclays Africa, dont fait partie Barclays Maurice, vient d’annoncer une progression de 10 % de ses revenus pour le premier semestre de l’exercice financier 2014 comparativement à celui de 2013. Du côté de Barclays Maurice, une croissance du même ordre des revenus a été enregistrée, Ravin Dajee, le directeur général, précisant que des progrès ont été réalisés sur divers fronts.
« Nous sommes fiers de contribuer à la croissance de Barclays Africa Group Limited. En effet, Barclays Maurice, en tant qu’un des pays les plus importants du réseau de Barclays en Afrique, connaît une très bonne performance », commente Ravin Dajee. Selon ce dernier, la performance de Barclays Maurice traduit la pertinence de ses stratégies et de « l’excellent travail » accompli au cours des six derniers mois. Evoquant les progrès réalisés sur la période janvier-juin 2014, Ravin Dajee fait ressortir que les revenus ont augmenté de 10 % par rapport à la période correspondante en 2013, que les coûts ont été de 6 % en dessous des prévisions initiales, que les provisions pour les créances douteuses ont été moindres par rapport à l’estimation prévue alors que les objectifs concernant les actifs et passifs ont été dépassés.
Solution de trésorerie
« Nos revenus ont augmenté au niveau de chacun de nos créneaux porteurs. Nos activités dites International Business ont connu des niveaux record sur une base mensuelle. Nos opérations au niveau du Commercial Banking ont également vu une très bonne performance sur la durée alors que nous récoltons aussi les fruits de notre stratégie sur le front du Consumer Banking. Cela nous a permis de concrétiser plusieurs projets exceptionnels et nous démontre le potentiel que dégage l’harmonisation des activités de Barclays sur le continent africain à travers la stratégie “One Africa” de Barclays », souligne le directeur général.
Le premier semestre a été marqué par la concrétisation de plusieurs projets dont celui concernant le développement technologique et qui, affirme Ravin Dajee, démontre que la Barclays est toujours en faveur de l’innovation bancaire. « Nous préparons une véritable révolution sur le marché avec le lancement très prochainement d’une solution de trésorerie unique à Maurice », indique-t-il.
Barclays Maurice ne s’est pas limité à l’investissement dans la technologie mais également dans le développement dans son capital humain. Des fonds conséquents ont été injectés dans la formation des employés tout en leur permettant, grâce au réseau Barclays Africa, de mettre en valeur leurs compétences dans d’autres pays.
Ravin Dajee est d’avis qu’il faut voir au-delà des chiffres. Grâce au réseau de Barclays Africa, l’institution financière a renforcé sa capacité de service à la clientèle. « La force et la présence panafricaines de Barclays nous permettent d’accroître notre compétitivité tant au niveau de l’International Business que celui du Commercial Banking grâce à notre capacité de proposer toute une panoplie de produits et services qui vont au-delà des frontières mauriciennes », précise-t-il.
Pour la direction de Barclays Maurice, l’institution s’affirme comme un véritable pont entre les entreprises locales et l’Afrique. La banque, soutient-elle, met toute une expertise locale, régionale et internationale à la disposition des clients qui sont à la recherche de contacts d’affaires et d’opportunités d’investissement en Afrique.
Développer la bonne stratégie
Au niveau de Barclays Africa Group, les résultats semestriels montrent que les revenus se sont élevés à 6,1 milliards de rands sud-africains (environ Rs 17,8 milliards) dont 5,1 milliards réalisés en Afrique du Sud et 1 milliard au niveau des opérations hors des frontières sud-africaines. Le retour sur fonds propres s’est amélioré, passant de 14,3 % pour les premiers six mois de 2013 à 16,1 % pour la même période de 2014. Les profits avant provisions se sont chiffrés à 13,4 milliards de rands (revenus opérationnels en hausse de 7 % à 30,7 milliards et dépenses augmentant de 9 % pour atteindre 17,3 milliards. La part des « non-perfoming loans » dans les crédits bruts a diminué : de 5,3 % à 4,6 %.
« We have taken the time to develop the right strategy for Barclays Africa and have been very clear that this would take three years to deliver. Our results for the first six months of the year demonstrate the traction we are gaining in executing on this strategy and how well we are progressing towards realising our ambitions on the continent », a déclaré Maria Ramos, chief executive de Barclays Africa Group Limited, lors de la publication officielle des résultats semestriels.
Maria Ramos a, par ailleurs, commenté la performance du groupe dans divers segments d’activités dont celui du Retail and Business Banking en Afrique du Sud, les développements dans le service aux entreprises, l’assurance, la gestion de patrimoines et services fiduciaires. Elle est d’opinion que d’ici la fin de l’année des progrès additionnels seront enregistrés dans ces segments.
Détenu à hauteur de 62,3 % par Barclays Bank PLC de Londres, Barclays Africa regroupe des banques basées dans les pays suivants : Afrique du Sud, Botswana, Ghana, Kenya, Maurice, Mozambique, Ouganda, Seychelles, Tanzanie et Zambie. Il opère des bureaux de représentation en Namibie et au Nigeria et propose de la bancassurance en Afrique du Sud, au Botswana, au Mozambique et en Zambie.