Le porte-parole du Parti travailliste (PTr) sur l’éducation, Anil Baichoo, a qualifié de « hold-up sans précédent » la décision du ministère de l’Éducation de retenir les certificats de SC et de HSC des élèves dont les parents n’ont pas encore réglé leurs frais d’examens, imposés en raison de leur taux d’absentéisme à l’école l’année dernière.
Anil Baichoo, qui était accompagné hier des membres du comité du PTr responsable de l’éducation, a rappelé la promesse électorale faite par le gouvernement en place, voulant que les élèves ne paient aucun frais d’examen. Aucune condition n’avait été mise de l’avant à cette époque, a relevé l’ancien ministre des Infrastructures publiques et porte-parole du PTr sur l’éducation. « Aujourd’hui nous assistons à un hold-up sans précédent dans les annales de l’éducation. Ce sont des menteurs. La démarche du ministère de l’Éducation angoisse des milliers d’élèves et de parents qui ont déjà payé pour réserver leur place à l’université et qui se retrouvent devant un chantage indécent », dit-il.
Selon lui, le certificat est la propriété personnelle des étudiants. « Cette situation me rappelle les tristes souvenirs des années 60’ lorsque les directeurs de collèges avaient refusé de remettre le syllabus aux élèves n’ayant pas payé leur scolarité jusqu’à la fin de l’année », a-t-il souligné. « Le PTr a toujours respecté sa parole que ce soit concernant l’éducation gratuite ou le transport gratuit » et n’a jamais confisqué les certificats de qui que ce soit, dit-il. « Aujourd’hui le ministère de l’Éducation a réduit l’éducation à une simple question d’argent. C’est le “money power”. Comment des parents peuvent-ils trouver du jour au lendemain un montant de Rs 12 000 ou Rs 14 000 ? C’est un crime vis-à-vis des enfants », a insisté Anil Baichoo.
Le porte-parole du PTr, qui a eu une longue carrière dans le professorat, a également critiqué la décision gouvernementale de ne pas admettre les élèves ayant obtenu trois “credits” aux examens de la senior en HSC. « La qualité de l’éducation dépend de la qualité du ministre », a-t-il lancé. Selon lui, la décision du ministère constitue « une violation du droit des enfants à l’éducation », comme l’exige la charte des Droits humains. « On n’a pas le droit de priver les enfants de leur droit à l’éducation ». Anil Baichoo s’est demandé s’il y a eu « une étude digne de ce nom » sur le nombre d’élèves ayant obtenu trois “credits” et qui ont réussi brillamment leur HSC. Pour lui, la proposition ministérielle ne fait que créer « une ségrégation au niveau de l’éducation et risque de stigmatiser à vie ceux qui n’ont pas réussi à compléter leurs études secondaires jusqu’au HSC. D’autant plus qu’il n’y a pas de programme digne de ce nom pour les polytechniques ». Pour toutes ces raisons, Anil Baichoo prévoit la fermeture de plusieurs collèges privés.