La Plateforme kont lalwa travay anti-travayer, composée de syndicats et d’autres collectifs, apporte son soutien à la demande de réintégration de Sudha Singh au poste d’Instructor au MITD. Elle avait déposé devant le comité d’enquête sur le cas d’abus sexuel allégué sur une élève mineure et a été licenciée quelques jours après les conclusions de ce comité. Deepak Bennydin, président de la Federation of Parastatal Bodies and Other Unions annonce qu’il prépare un « dossier solide » et prévient les autorités que « des têtes vont tomber ».
La Federation of Parastatal Bodies and Other Unions, à laquelle est affiliée la MITD Training Officers & Instructors Union, se dit confiante dans ce combat pour renverser cette décision de la direction du MITD concernant la résiliation du contrat de travail de Sudha Singh. « Li kler ki se enn ka dinzistis. Ena bann dimoun de kalib kouma kamarad Jack Bizlall, Jane Ragoo ek Reaz Chuttoo ki pe donn nou enn koudme dan sa batay-la. Tou dimoun konn resilta kan Jack atrap enn dosie », soutient Deepak Bennydin, président de cette fédération syndicale. Il affirme détenir des « informations importantes » pour plaider le cas de Sudha Singh et qu’il en donnera les détails au moment opportun. « Mo dir bann otorite ki nou pa pe vinn badine », prévient le président de la Federation of Parastatal Bodies and Other Unions en ajoutant que « des têtes vont tomber ».
Le cas de Sudha Singh a été discuté samedi dernier lors d’une réunion de la Plateforme kont lalwa travay anti-travayer pour faire le bilan du meeting du 1er-Mai qui s’est tenu à Beau-Bassin. « Nous donnons un coup de main à ce dossier mais nous attendons d’abord la réponse du ministère du Travail suite à la lettre envoyée par le syndicat du MITD, protestant contre cette décision. Nous donnons d’abord la chance au dialogue et espérons que le ministère ne tardera pas à réagir. Si pena nanyen nou pou pas a laksion », soutient Jane Ragoo.
Par ailleurs, selon nos informations, d’autres organisations s’apprêtent elles aussi à faire entendre leurs voix au sujet de la résiliation du contrat de Sudha Singh et de celui de la psychologue qui avait dénoncé ce cas d’abus sexuel allégué sur mineure. Cette affaire a créé un certain malaise et un sentiment de méfiance dans les différents centres de formation du MITD.
Pour rappel la grande majorité des Instructors dans ces centres de formation sont employés sur une base contractuelle, dont plusieurs d’entre eux depuis huit ans. Une situation que la MITD Training Officers & Instructors Union a dénoncé dans un mémorandum soumis en avril 2012, « Mediation and Conciliation Committee at MITD ». Il semblerait que la demande pour le permanent employment de ces Instructors a été entendue puisque le ministère finalise en ce moment les procédures pour changer le statut d’une vingtaine d’entre eux.