L’introduction d’une ligue semi-professionnelle avec l’intégration des équipes à caractère communal, proposée par le gouvernement dans le budget 2014, fait débat depuis son annonce au Parlement le 8 novembre par le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval. Week-End s’invite aux débats et a donné la parole à un ancien président de la Mauritius Football Association, membre du Racing Club et instructeur de la Fédération internationale de Football Associations (FIFA) en matière administrative, Jacques Malié. Ce dernier, qui nous a reçu à son domicile jeudi matin, répond sans langue de bois à nos questions. Sans hésitation aucune, il a qualifié la proposition de faire revenir des équipes à caractère communal dans l’organisation d’une ligue semi-professionnelle de « mesure rétrograde. » Dans l’interview qui suit, Jacques Malié s’interroge aussi sur ce qu’il appelle « le silence tacite de la MFA » depuis la déclaration de Xavier-Luc Duval, soutenue ensuite par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo. Pour lui, « le MJS et le gouvernement veulent presque se suppléer à la fédération » tout en constatant que « ce qui se passe actuellement n’est que la substitution de la fédération par le gouvernement. » Jacques Malié n’a également pas manqué de souligner le manque d’engagement des collectivités locales et du gouvernement pour faire de la régionalisation une réussite.