Cinq individus se sont retrouvés sur le banc des accusés en Cour intermédiaire pour avoir effectué des retraits d’argent avec une carte bancaire volée. Trois d’entre eux ont été acquittés par la magistrate Niroshini Ramsoondar, qui a conclu qu’ils ne savaient pas que la carte avait été dérobée. Farida Maighun, qui aurait volé la fameuse carte, ainsi que son complice, Nasser Rosun, ont quant à eux été reconnu coupables.
Farida Maighun, alias Moye, était poursuivi en Cour intermédiaire pour avoir volé la carte bancaire et le mot de passe de son employeur en mars 2012 et d’avoir eu recours à Nasser Rosun, alias Zelron, afin d’effectuer des retraits d’argent sur le compte de sa victime, tout en l’informant que la carte avait été volée. Nasser Jaulim s’en était alors servi pour effectuer des retraits. C’est ainsi qu’il aura remis la somme de Rs 33 000 à Moye avant de garder la carte. Prétextant qu’il ne sait ni lire ni écrire, et qu’il ne sait donc pas utiliser un ATM, il aurait demandé à trois de ses amis, à plusieurs jours d’intervalles, de l’aider à effectuer des retraits avec la carte bancaire. Les transactions illicites ont pris fin lorsque le guichet automatique a retenu la carte bancaire alors que l’un des trois amis effectuait un retrait.
La victime, qui se trouvait à l’étranger en mars 2012, avait pris connaissance du subterfuge en s’apercevant de la disparition de sa carte et qu’un retrait de Rs 60 000 avait été effectué sans son autorisation. La magistrate Ramsoondar, du fait des preuves présentées en cour, a rendu un verdict de culpabilité contre Maighun et Rosun, le premier nommé pour avoir dérobé la carte bancaire et le second pour avoir donné des instructions, en connaissance de cause, à trois personnes afin que ces dernières effectuent des retraits avec la carte volée.
Les trois autres accusés, à qui il était reproché d’avoir utilisé la carte à un guichet automatique, ont tous nié les faits qui leur étaient reprochés, affirmant qu’ils n’étaient pas au courant que la carte avait été dérobée et qu’ils n’avaient fait que « d’aider un ami dans le besoin ». Interrogés sur les raisons pour lesquelles ils n’avaient pas vérifié le nom du propriétaire de la carte avant d’effectuer les retraits, les trois accusés devaient répondre qu’ils n’avaient pas porté attention au nom figurant sur la carte car Rosun leur avait indiqué qu’il ne savait pas utiliser un guichet automatique. Les hommes de loi des trois accusés ont abondé dans le même sens, indiquant qu’aucune preuve ne démontrait que leurs clients savaient que la carte avait été volée, précisant qu’ils n’avaient aucune intention criminelle car croyant simplement aider un ami. De ce fait, la magistrate Ramsoondar a rayé les charges portées contre les trois accusés.