L’évêque de Port-Louis Mgr Maurice Piat a annoncé hier l’introduction d’un protocole de mesures contre ceux trouvés coupables de pédophilie au sein du diocèse catholique à Maurice. C’était lors d’une messe d’action de grâce dite à l’occasion de la démission du Pape Benoît XVI de ses fonctions qui prend effet aujourd’hui.
L’introduction de ces mesures cadre avec la volonté exprimée par Pape sortant Benoît XVI qu’une politique de vérité et de justice soit pratiquée en ce qui concerne la pédophile. Ce problème a été au centre d’une grande crise qui a secoué l’Église catholique durant ces dernières années.
Dans son livre-interview Lumière du Monde, Benoît XVI souligne qu’« il y a eu dans le passé une altération de la conscience qui a provoqué un obscurcissement du droit et masqué la nécessité de la punition ». « En fin de compte, est aussi intervenu un rétrécissement du concept de l’amour, qui n’est pas seulement gentillesse et amabilité, mais qui existe aussi dans la vérité. Et que je doive punir celui qui a péché contre le véritable amour fait aussi partie de la vérité », dit-il.
Mgr Maurice Piat a ainsi annoncé hier promulgation d’un protocole du diocèse de Port-Louis concernant « les procédures à suivre en cas d’allégation d’abus sexuels sur mineurs impliquant un clerc (prêtre, diacre) ou un membre d’un institut de vie consacrée (religieux non-clerc ou religieuse) ». Le décret a été solennellement signé conjointement, mardi dernier, par l’évêque de Port-Louis et le chancelier du diocèse, le père Hervé G. de St-Pern.
Dans la préface, Mgr Piat témoigne de l’importance accordée par l’Église à cette initiative : « J’invite toute la communauté diocésaine à accueillir ce document comme un guide et une référence. Ce document doit être reçu comme l’expression d’une démarche de vérité et de justice. Cette démarche implique que les personnes victimes d’abus aussi bien que les personnes mises en cause soient respectées dans leur dignité. Ce protocole est aussi l’expression du respect de l’Église diocésaine pour la législation civile en vigueur et de son engagement pour que la vérité soit faite et la justice rendue (…) En publiant ce protocole, le diocèse de Port-Louis s’engage dans un exercice de transparence afin de lutter plus efficacement contre la pédophilie. »
La rédaction du document a été placée sous la responsabilité du père Jean-Maurice Labour, vicaire général, et du père Georgy Kenny, officiel du diocèse. Ce comité de rédaction a sollicité l’avis de nombreux spécialistes (légistes, psychologues…), largement reconnus dans leur domaine de compétence.
Dans une déclaration au Mauricien ce matin, le père Jean-Maurice Labour rappelle que la préparation d’un protocole a été entérinée par la conférence épiscopale de l’océan Indien et tient en compte ce que le Pape a demandé de mettre en place. Ce premier protocole concerne les prêtres, religieux et religieuses. Les prêtres sont régis par un double mesure à savoir la loi civile et la loi de l’Église. Même si la personne est trouvée innocente par la loi civile, l’Église peut, dans certains cas, prendre des mesures contre elle. D’autres protocoles sont prévus pour les enseignants des institutions catholiques, des salariés des mouvements et des services diocésains et des volontaires travaillant dans les paroisses.