Le directeur du bureau de l’évaluation, Yodhun Bissessur, avait saisi la Cour suprême après la décision de la Public Service Commission (PSC) de lui imposer la retraite. Dans un jugement rendu mercredi, les juges Nirmala Devat et David Chan Kan Cheong ont rejeté sa demande, concluant que la décision de la PSC n’était pas injuste. « We find no justification in the applicant’s criticism that the decision of respondent no. 1 maintaining the decision of respondent no. 2 to retire him from the public service is wrong, unfair, unreasonable, discriminatory and ultra vires. The grounds raised by the applicant to challenge the decision making process of respondent no. 1 by way of judicial review having no merit, the application is accordingly set aside », ont-ils soutenu.

C’est dans une lettre datée du 9 août 2016 que la PSC lui avait fait part de sa décision. Son départ pour la retraite devait prendre effet à partir du 15 juin 2017. Cette décision de la PSC était survenue après un comité disciplinaire intenté contre Yodhun Bissessur et qui l’avait reconnu coupable sous sept charges de manquements à son travail.

En Cour suprême, le directeur du bureau d’évaluation avait aussi demandé un ordre intérimaire pour empêcher toute démarche de la PSC à ce sujet. L’ordre avait été rejeté par la juge Rita Teelock le 26 septembre dernier et elle avait convoqué la PSC pour s’expliquer à ce sujet. Dans un jugement rendu mardi, la juge Rita Teelock a cette fois rejeté la demande d’injonction de Yodhun Bissessur. Il est ainsi à la retraite depuis le 15 juin 2018.