Janvier

● Les rapports entre les Etats-Unis et le Pakistan se tendent courant janvier 2018 après l’annonce américaine de la volonté de cesser l’aide à son allié historique en Asie du Sud, l’accusant de financer et de protéger des terroristes. C’est au Pakistan que Ben Laden a été traqué par les États-Unis d’Obama.

● Donald Trump annonce de même envisager de suspendre l’aide américaine à l’Autorité palestinienne après la réaction très hostile à l’annonce de la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël. Le dialogue de paix est interrompu depuis 2014 entre Israël et l’Autorité palestinienne à laquelle Washington verse chaque année 370 millions de dollars pour aider les réfugiés.

● Le président américain a menacé de se retirer des accords sur le nucléaire iranien ce qui paralyse les négociations et retarde d’autant la réintégration de l’Iran dans la communauté internationale… pour le plus grand contentement de l’Arabie Saoudite.

Février

● Les Jeux olympiques organisés en février 2018 à Pyeongchang sont l’occasion d’un rapprochement entre les deux Corées. La Corée du Nord n’a finalement pas boycotté ces Jeux d’hiver, bénéficiant de la main tendue par le président sud-coréen Moon Jae-in ce qui a entraîné une désescalade des tensions avec Washington. Pyongyang a su jouer des symboles forts: défi lé des athlètes coréens sous la même bannière, une équipe commune pour le hockey féminin, venue sur le sol sud-coréen de la sœur du dirigeant nord-coréen et du chef d’État de la Corée du Nord). C’est le premier déplacement, depuis la fi n de la guerre de Corée en 1953, d’aussi hauts dignitaires nord-coréens en Corée du Sud.

● En Afrique du Sud, le très décrié Jacob Zuma a laissé courant février 2018 le fauteuil de président de la République d’Afrique du Sud à Cyril Ramaphosa, un proche de Nelson Mandela dont on fête justement le centenaire.

● Le Premier ministre Narendra Modi annonce en février 2018 une nouvelle taxe de 20% sur les smartphones importés. Une cinquantaine de produits importés devrait connaître le même sort. Comme pour Washington, il s’agit de réagir face à un déficit commercial.

Mars

● En Russie, Vladimir Poutine a été réélu en mars 2018 à la tête de son pays avec plus de trois quarts des voix et un taux de participation des deux tiers du corps électoral.

● En Italie, les élections de mars 2018 aboutissent à une majorité presque introuvable, car les votes sont dispersés. Les votes euro-sceptiques n’ont jamais été aussi importants dans un pays fondateur de la Communauté économique européenne (CEE, 1957) qui a pourtant longtemps été attaché à l’Europe communautaire. Le mouvement 5 étoiles a remporté près d’un tiers des suffrages exprimés devant le parti démocrate et la Ligue (du Nord) avec un peu moins d’un cinquième des votes et Forza Italia à un peu moins de 15%. La victoire des mouvements populistes est inédite dans l’Italie post-1945.

● En France, dans la région de Carcassonne, un autre attentat revendiqué par l’EI a coûté la vie fin mars 2018 à quatre personnes, dont un lieutenant-colonel de la gendarmerie, Arnaud Beltrame. L’émotion est énorme dans tout le pays, car le militaire a choisi d’exposer sa vie pour épargner celle d’un otage.

● Après le dernier congrès du Parti communiste chinois, la pensée de Xi Jinping a été inscrite dans les statuts du parti, il devient ainsi quasiment l’égal de Mao. Il fait clairement partie des dirigeants les plus marquants de la Chine contemporaine avec Mao et Deng Xiaoping. En mars 2018, la limite à deux mandats présidentiels a été levée grâce à une révision constitutionnelle, Xi Jinping pourra rester au pouvoir au-delà 2023. Celui-ci a mis fin à la session annuelle du Parlement chinois en affirmant que Taïwan ne pouvait se séparer de la Chine populaire.

● La Corée du Nord a accueilli un représentant sud-coréen et prévoit une nouvelle entrevue en avril prochain, le même mois que celle prévue avec Washington.

● Scandale numérique. L’entreprise de Mark Zuckergerg, Facebook, aurait transmis les données de quelque cinquante millions d’utilisateurs au Britannique Cambridge Analytica, assez proche du nouveau locataire de la Maison-Blanche.

Avril

● L’utilisation d’armes chimiques à Douma (Ghoutta, Syrie) attribuée au régime de Bachar Al-Assad, a déclenché une frappe aérienne américano-britannico-française sur des entrepôts. La Russie a été prévenue, mais s’est déroulée sans l’accord de l’ONU.

● Deux anciens présidents ont été incarcérés. Au Brésil, Lula da Silva est condamné en avril 2018 à 12 ans de prison. En Corée du Sud, l’ancienne présidente Park Geun-Hye, fille du général Park qui a transformé son pays en « dragon » d’Asie, est, elle, condamnée à 24 ans d’emprisonnement. C’est la fin de l’impunité présidentielle. Ces deux présidents sont accusés de faits de corruption.

● Cuba tourne la page de l’histoire des frères Castro à leur tête. Le pays était dirigé depuis janvier 1959 par Fidel Castro puis par Raul Castro. Fidel Castro est décédé en novembre 2016. En avril 2018 son frère, octogénaire, passe la main à Miguel Diaz-Canel, un apparatchik du parti communiste cubain, son dauphin.

● Washington et Pékin sont entrés dans une période de tensions commerciales. Donald Trump veut baisser le déficit commercial américain estimé à 100 milliards de dollars. Après que les États-Unis aient taxé certains produits chinois et bloqué l’acquisition des bourses de Chicago par des intérêts chinois, Pékin décide de surtaxer des produits américains — acier, aluminium, produits agricoles — en mesure de rétorsion.

● Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un, annonce en avril 2018 être prêt à arrêter ses essais nucléaires. Le président américain a immédiatement fait part de sa satisfaction. Le président sud-coréen, Moon Jae-in apprécie ce pas en avant, après la main tendue lors des Jeux olympiques du mois de février 2018.

● Mohammed Ben Salman (MBS) s’être rendu à Washington, Londres, Paris et Madrid. Il veut incarner un visage plus ouvert de l’Arabie saoudite, dirigée par un wahhabisme particulièrement intransigeant. Il a largement médiatisé que désormais les Saoudiennes peuvent conduire leur voiture…

● Les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) sont dans la tourmente depuis l’affaire de la transmission des données personnelles de plus de 50 millions de personnes par Facebook à Cambridge Analytica. Mark Zuckerberg a été entendu en avril 2018 par le Congrès américain.

Mai

● En Malaisie, Mahathir Mohamad (92 ans) redevient Premier ministre après avoir été à la tête de son pays entre 1981 et 2003. Il retrouve le pouvoir dans un contexte de scandale politico-financier qui éclabousse l’ancien premier ministre Najib Raazak accusé de corruption.

● Le président américain annonce en mai 2018 le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, ce qui signifie que la levée des sanctions pesant sur l’Iran n’est pas renouvelée. Téhéran bénéficiait de cette levée partielle et lente après l’accord de Vienne (2015) contre une limitation de l’enrichissement de l’uranium militaire.

● A l’occasion des 70 ans d’existence d’Israël, Washington a transféré en mai 2018 son ambassade à Jérusalem, la cérémonie a été boudée par les ambassadeurs européens dans leur grande majorité. Des heurts violents ont de nouveau endeuillé la frontière de la bande de Gaza provoquant la mort d’une soixantaine de Palestiniens et des milliers de blessés.

● Vladimir Poutine a inauguré en mai 2018 un pont de 19 km reliant la Russie à la Crimée, occupée en dépit du droit international depuis mars 2014.

● La détente s’installe dans les relations sino-indiennes traditionnellement mauvaises d’autant que New Delhi ne voit pas d’un bon oeil la « nouvelle route de la soie » voulue par la Chine vu que celle-ci fait de son ennemi, le Pakistan un véritable corridor économique. Narenda Modi a été reçu en Chine par Xi Jinping, avec en toile de fond un apaisement aux frontières de ces deux géants qui réunissent 40 % de la population et 18% des richesses mondiales.

Juin

● En Turquie, malgré un taux d’inflation de 12% en 2018 à plus de 12%. et un défi cit extérieur et un taux de chômage élevé chez les jeunes Tayyip Erdogan est réélu au premier tour, avec plus de 50 % des voix et une constitution qui amoindrit tous les pouvoirs, sauf le sien en tant que chef de l’Etat, du gouvernement et de son parti politique islamiste, l’AKP.

● 12 juin 2018 : Donald Trump rencontre Kim Jong-un à Singapour. Cette entrevue historique avec le dirigeant nord-coréen ouvre un cycle de négociation qui promet d’être long pour amener à une « normalisation » de la Corée du Nord qui passerait par sa dénucléarisation. Ce sommet a pour conséquence de donner une légitimité toute nouvelle à Kim, le dirigeant nord-coréen. Il n’est pas sûr que ce soit une bonne chose. Cette réunion s’est déroulée sans les puissances européennes, et sans la Chine elle s’est surtout tenue en marge des instances internationales telles l’ONU

● La Chine se meut en maître du « Big Brother » en mettant en œuvre les avancées de l’intelligence artificielle. Elle vient de se doter dans ses principales provinces et grandes villes d’un système de surveillance nommé Skynet doté d’un système de reconnaissance faciale qui permet de traquer les bandits, les fuyards et autres contrevenants. Ce système sert aussi à surveiller aussi étroitement la population.

Juillet/Août

● Au Pakistan, les élections législatives de l’été 2018 ont été remportées par l’ancien champion de cricket Imran Khan. il a remporté 116 des 272 sièges à pourvoir. Le pays est au bord du défaut de paiement et la menace djihadiste n’est pas écartée.

● Le Zimbabwe a organisé durant l’été 2018 les premières élections générales (présidentielles, législatives, municipales) de l’après-Mugabe. Emmerson Mnangagwa, au pouvoir depuis le coup d’Etat de la fin de l’année passée, a gagné des élections contestées par l’opposition.

● Les négociations du Brexit – le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne – sont aussi complexes qu’attendues. Les questions soulevées sont nombreuses : les frontières (la Manche, Irlande), la circulation des biens, des capital et des hommes. Dans ce contexte incertain, le ministre des affaires étrangères, Boris Johnson, démissionne avec fracas durant l’été 2018. Après avoir été une tenant du « leave » au moment du referendum, il s’oppose au soft Brexit défendu par le Premier ministre Théresa May.

● 15 juillet 2018 : La France remporte pour la 2e fois la Coupe du monde de football en battant la Croatie sur le score de 4 à 2.

● Les tensions commerciales sont très fortes entre les Etats-Unis et la Chine. Washington accuse Pékin d’être à l’origine de l’essentiel de son déficit et prend des mesures protectionnistes sur toute une série de produits importés depuis la Chine qui en retour taxe de nouveaux produits américains.

● 14 août 2018 : Le pont Morandi à Gênes (Italie) s’effondre et fait plusieurs victimes.

Septembre

● Washington a renégocié les accords de l’ALENA – zone de libre-échange entre le Canada, les EtatsUnis et le Mexique – qui a été signé en septembre 2018 avec le Mexique. Cela permet à Donald Trump de revenir sur le libre-échange tel qu’il existe jusqu’à présent, en raison des effets négatifs sur les emplois de la classe ouvrière des Etats-Unis minée par la concurrence d’une main d’œuvre mexicaine bien moins chère.

● Les enquêteurs de l’ONU ont conclu en septembre 2018 à une responsabilité des militaires birmans dans ce que la justice internationale qualifie de « génocide » de la minorité musulmane des Rohingyas. Plus de 700 000 d’entre eux ont préféré fuir la Birmanie en 2017, en grande partie pour le Bangladesh voisin.

● L’Indonésie de nouveau lourdement endeuillée. Cet archipel de l’Asie du Sud-Est a déjà été frappé, au cœur de l’été, par plusieurs tremblements de terre. Il l’a de nouveau été fin septembre, mais cette fois-ci il s’est accompagné d’un tsunami dans le détroit de Makassar qui a ravagé l’ile de Célèbes (ou Sulawesi).

Octobre

● L’Arabie saoudite au centre des préoccupations internationales puisque l’image réformatrice du prince héritier Mohammed ben Salman (MBS) est de nouveau altérée par l’assassinat atroce du journaliste Jamal Khashoggi, connu pour ses critiques acerbes envers l’actuel pouvoir. Le journaliste a disparu après avoir été vu pour la dernière fois entrant dans le consulat saoudien d’Istanbul. Après avoir nié toute implication dans la disparition de Khasoggi, Riyad a reconnu la responsabilité de certains Saoudiens dans ce meurtre

● Au Brésil, le second tour des élections présidentielles a opposé en octobre 2018 le peu charismatique candidat du parti des travailleurs Fernando Haddad à Jair Bolsonaro, ancien capitaine de l’armée, admirateur du temps de la dictature. Ce dernier remporte fin octobre 2018 le scrutin avec plus de 55% des suffrages exprimés.

● Au Cameroun, l’inamovible président Paul Biya (85 ans) a remporté en octobre 2018 les élections (avec plus de 71% des voix) lui ouvrant les portes d’un septième mandat de sept années.

● Aux Etats-Unis, un suprémaciste a provoqué la mort de 11 personnes dans une synagogue de Pittsburgh. Des colis piégés ont été adressés au domicile des Obama, d’Hillary Clinton, de Georges Soros et au siège de CNN.

● Une manifestation en faveur des libertés a réuni plusieurs milliers de personnes à Hong Kong le 1er octobre 2018, jour de la fête nationale de la Chine populaire. Pékin, qui vient d’interdire un parti politique défendant l’indépendance de l’île, a inauguré en octobre 2018 un gigantesque pont de 55 kilomètres reliant la Chine continentale et populaire à Hong Kong. Cette « autoroute sur la mer » a aussi vocation de mieux asseoir la domination de la République populaire de Chine, et ce n’est pas sans rappeler la ligne ferroviaire reliant désormais Lhassa au reste de la Chine.

● Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, annonce en octobre 2018 vouloir l’expropriation – sans indemnisation – de fermiers blancs au profit de la population noire. Les blancs constituent environ 8% de la population nationale, mais détiennent 72% des terres, et la redistribution de ces dernières est une revendication de la majorité noire ainsi qu’une promesse de l’ANC depuis 1994.

Novembre

● La France a commémoré le 11 novembre 2018 le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, invitant une soixantaine de chefs d’Etat dont les pays en ont été les belligérants, des Etats-Unis à la Russie. Partout, le « poilu » a été mis à l’honneur, ses souffrances, ses sacrifices qui ont conduit à une victoire douloureuse, mais une victoire du camp de la « Triple Entente ».

● La Nouvelle-Calédonie, le territoire français le plus éloigné de la métropole française, a choisi de garder son destin lié à celui de Paris. Plus de 56% des suffrages exprimés lors de ce referendum du 4 novembre 2018 se sont portés sur le « non » à l’indépendance.

● Aux Etats-Unis, les élections de mi-mandat de novembre 2018 se sont caractérisées par un plus grand nombre de femmes candidates et un investissement personnel du président en exercice. A l’issue du scrutin, les Républicains conservent la majorité au Sénat, mais perdent celle à la Chambre. Le président Trump aura moins de latitude pour mettre en œuvre sa politique, mais le scrutin n’est pas pour autant un vrai désaveu de la politique présidentielle.

● Au Pakistan, le jugement d’Asia Bibi est au cœur de fortes tensions. Cette Pakistanaise de confession chrétienne a été accusée de blasphème. Après plusieurs années de prison la Cour suprême décide de l’acquitter. Ce verdict déclenche l’ire des islamistes radicaux, minoritaires dans le pays, mais très vindicatifs. Ces manifestants profèrent des menaces envers les juges, le gouvernement et l’armée, et exigent la pendaison de la femme.

● Carlos Ghosn, PDG du groupe Renault-Nissan est soupçonné par Tokyo de dissimulation de revenus et d’abus de biens sociaux. Il est placé en garde à vue et Nissan le limoge aussitôt de ses fonctions.

● La Californie est frappée en novembre 2018 par les plus terribles incendies qu’elle ait connus depuis les années 1930. Ils auraient fait plus de 87 victimes et des centaines de disparus, la ville de Paradise (17 000 habitants) a été réduite en cendres, et ce malgré la mobilisation de plusieurs milliers de pompiers et de plusieurs avions.

● Manifestations et blocages par les Gilets jaunes en France. Ce mécontentement dépasse largement une simple réaction à une taxe sur le carburant que certains assimilent un peu vite à une grogne contre la transition énergétique. Il s’agit plus largement d’une incompréhension face à un taux de prélèvement qui atteint déjà soit 45% de la richesse produite. Un record qui n’améliore pas en proportion la qualité de vie des Français et un « ras-le-bol » fiscal qui n’est pas sans passé en France

Décembre

● 7 décembre 2018 : La protégée de Merkel, qui a annoncé son dernier mandat comme chancelière, AKK est élue à la présidence de la CDU en Allemagne.

● Au G20, un Mohamed Ben Salmane a été accueilli chaleureusement par Poutine, sur un ton badin par Trump, et plus fraîchement par Macron. «MBS», surnom qui lui avait été donné à l’époque où il était salué comme un grand réformateur, y fait sa première grande apparition sur la scène internationale depuis le scandale autour de Jamal Khashoggi.

● Le gouvernement cherchait toujours comment surmonter la crise provoquée par les émeutes qui ont secoué Paris tous les samedis de décembre. Les manifestations des «gilets jaunes», sont devenues un dossier devenu explosif, tant la fronde semble incontrôlable, et tant les images de violences en plein centre de la capitale ont frappé les esprits.

● La police israélienne a recommandé l’inculpation du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans une troisième affaire de corruption qui pourrait provoquer la chute du chef du gouvernement, à la tête d’une majorité fragilisée ces dernières semaines.

● La Chine va « réduire et supprimer » les droits de douane sur les automobiles américaines qu’elle importe, a affirmé dimanche soir Donald Trump, au lendemain d’une trêve convenue avec le président chinois Xi Jinping dans leur conflit commercial.

● Theresa May, affaiblie par plusieurs revers, a défendu bec et ongles le bien fondé de son accord sur le Brexit mardi devant le Parlement en ouvrant cinq jours de débats qui se solderont par un vote sur le texte, déterminant pour l’avenir du Royaume-Uni.

● Un tsunami survenu après l’éruption d’un volcan a fait 222 morts en Indonésie, selon le dernier bilan des autorités.

● Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué le 2 octobre au consulat d’Arabie à Istanbul, a été désigné mardi personnalité de l’année par le magazine américain Time, une distinction partagée avec plusieurs autres journalistes qui symbolise, pour l’hebdomadaire, la recherche de la vérité et les risques qu’elle présente aujourd’hui.

● Donald Trump s’est rendu en Irak pour une visite surprise de quelques heures à la rencontre de soldats américains, et a profité de ce premier déplacement en zone de conflit depuis son élection il y a deux ans pour justifier sa décision de retirer les troupes américaines de Syrie.

● Les négociations entre démocrates et républicains ont échoué jeudi à mettre fin au « shutdown » aux Etats-Unis. La paralysie partielle des administrations fédérales, qui a mis des centaines de milliers de fonctionnaires au chômage forcé, va donc se prolonger, au moins jusqu’à la semaine prochaine.