Assurant l’intérim à la présidence du Comité d’organisation des Jeux des îles (Coji) suite à la démission de Patrick Legros le mois dernier, Jean-François Beaulieu se veut rassurant. À seize mois de la tenue de la neuvième édition des Jeux des îles prévue à l’île de La Réunion du 28 juillet au 7 août, l’ancien président du Conseil International des Jeux (Cij) a, dans un entretien accordé au Quotidien de la Réunion, fait toutefois part de son inquiétude concernant le financement de cette manifestation.
Selon Jean-François Beaulieu, le Coji attend beaucoup de l’aide européenne, soit environ deux millions d’euros (?Rs 80 millions). Cependant, il se montre sceptique. « Je ne suis pas rassuré par les techniciens de Bruxelles. Leur vision des choses est souvent rigide. La Réunion et le contexte sportif de la zone, c’est loin de leurs préoccupations. Notre dossier est en cours d’instruction, on verra bien ».
Et d’ajouter : « Localement, nous avons eu des promesses. Mais je connais la situation financière de nos collectivités, ce ne sera pas simple. » Toutefois, concernant la préparation des Jeux, l’ancien président du Cij soutient être dans les temps. C’est ainsi qu’il avance que l’organigramme du Coji est actuellement en préparation et que la situation est sous contrôle concernant les infrastructures.
Sur ce sujet de sites de compétition, Jean-François Beaulieu fait ressortir que des conventions tripartites seront signées entre les villes d’accueil, le Coji et les ligues ou comités à l’issue des élections municipales. Quant au village des Jeux, il souligne que ce sera un combiné Saint-Denis/Saint-Gilles. « Nous avons laissé La Possession se positionner. Mais le choix le plus simple et le moins cher reste de partager les logements entre Saint-Denis et Saint-Gilles. On logera dans l’ouest les disciplines en compétition dans cette zone », fait-il ressortir. Il est également à noter que l’accès aux différents sites de compétition sera gratuit, sauf pour les finales, et que la prochaine réunion du Cij est prévue le 27 juin.
Au bout du compte, treize disciplines figureront au programme de cette neuvième édition des JIOI. Les différentes villes retenues pour abriter ces disciplines sont celles de Saint-Denis (stade de l’Est Jean-Ivoula, stade de la Redoute, piscine Michel-Debré, Dojo régional, Gymnase de Champ Fleuri et gymnase des Deux Canons), La Possession (gymnase Daniel-Narcisse et courts Ekwalis), Le Port (stade Lambrakis, gymnase Cotur, base nautique des Mascareignes), Saint-Paul (stade olympique Paul-Julius Bénard), Saint-Leu (gymnase du centre ville), Saint-Pierre (stade Michel-Volnay et gymnase Nelson-Mandela), Le Tampon (stade Klébert-Picard et gymnase William-Hoareau) et Saint-André (stade Baby La Rivière et gymnase Michel-Debré).
Du côté du cyclisme, les villes de départ et d’arrivée n’ont par contre pas encore été définies, mais il existe des possibilités que le contre la montre se déroule entre Saint-Leu et Étang Salé, et que la course en ligne se tienne sur un circuit de 15 km.
Au niveau de la préparation du côté de l’île soeur, elle n’est pas réellement enclenchée dans quasiment toutes les disciplines. Reste qu’il est prévu par exemple que les présélections de handball s’apprêtent à recevoir l’équipe masculine de Dunkerque et l’équipe féminine de Chine. Du côté du basket-ball, Pierre Verdière, responsable du centre de formation du SLUC Nancy, et François Gomez, entraîneur en ligue féminine à Perpignan, seront responsables des présélections masculine et féminine respectivement, tandis qu’un stage pour les nageurs est prévu aux Seychelles fin octobre prochain. Quant à la présélection de boxe, elle sera dirigée par un panel comprenant Nicol Quentin, Alexis Blain et Thierry Ramirez, tandis qu’Alexandre Hernandez agira comme préparateur physique.