Les dirigeants de la Casino Employees Union (CEU) sont dans l’attente d’une rencontre ce mercredi avec le directeur général de la State Investment Corporation (SIC), Manick- chand Beejan, pour exprimer les doléances des employés de casinos de Maurice et, surtout, afin d’évoquer la suspension de deux des leurs, qui avaient participé à une manifestation pacifique à la Place D’Armes le 4 avril dernier.

« C’est une réunion de la dernière chance en attendant notre assemblée générale spéciale demain, où les 750 employés des casinos décideront de la marche à suivre. L’option d’une grande manifestation des employés dans la rue n’est pas à écarter », a indiqué leur négociateur, Ivor Tan Yan.

Une rencontre a eu lieu hier, mardi 17 avril entre les dirigeants syndicaux et les représentants de la SIC au ministère du Travail en vue d’arriver à une solution. « La SIC a envoyé à cette réunion son officer-in-charge et un représentant des ressources humaines alors que le SIC Management Service a délégué un autre responsable de sa part. Il n’y a aucune coordination entre eux », dit-il. La CEU a une nouvelle fois demandé la réintégration des employés suspendus, mais sans succès. « C’est une stratégie pour repousser les négociations pour une augmentation salariale », estime Ivor Tan Yan.

La CEU campe sur sa position pour réclamer une augmentation de 12%, prenant en compte le fait que les employés n’aient obtenu « aucune hausse salariale depuis cinq ans », alors que le management de la SIC en propose 5%.  Ivor Tan Yan trouve « indécent » la proposition de la SIC car, selon lui, « il y a une catégorie de travailleurs du casino qui percevront une augmentation de Rs 14 seulement », et ce « alors qu’un haut responsable a obtenu une hausse salariale de Rs 5 490 dernièrement ». Les employés auront l’occasion de s’exprimer lors de l’assemblée générale de jeudi, où un vote concernant la marche à suivre est prévu pour l’occasion.