La réunion du Comité international des Jeux (Cij), tenue hier matin à l’hôtel Bellepierre à St-Denis, qui devait décider du pays hôte des 10es Jeux des îles de l’océan Indien, n’a rien donné, les membres ayant repoussé leur décision à un comité spécial qui se déroulera avant la cérémonie de clôture.
Cette réunion était très attendue hier matin car, déjà, les Comores avaient signifié la veille leur intention de se retirer des JIOI vu que 40 de leurs athlètes n’avaient pas obtenu de visas pour entrer sur le territoire réunionnais. Tous les membres du Cij paraissaient angoissés et ce n’est qu’après une demi-heure de retard sur l’horaire prévue (11h) que la réunion a débuté. Et ce n’est qu’une heure et demie après que le représentant du Comité olympique comorien, Ben Ali, est ressorti de la salle en quatrième vitesse en compagnie de Jean-François Beaulieu, du CROS réunionnais et secrétaire du Cij. Ils se sont engouffrés dans une voiture en direction de la préfecture où ils devaient aller régler le problème des visas.
Entre-temps, les Comoriens sont restés fermes sur leur décision de ne pas participer aux Jeux, ni à la cérémonie d’ouverture. Pour rappel, certaines demandes de visas pour les Comoriens n’avaient pas été envoyées dans les délais prévus en vue des JIOI. Déjà, pour la première rencontre de football féminin prévue vendredi dernier, les Comores n’étaient pas au complet face à la Réunion, seulement huit joueuses étaient présentes sur le terrain au coup d’envoi. La Réunion fut donc proclamée vainqueur sur tapis vert.
Outre le problème des Comores, prise en premier lieu, la décision de confier les prochains Jeux a été reportée à plus tard, soit avant la cérémonie de clôture prévue le dimanche 9 août. « Le Cij n’a pas pris de décision car il y avait urgence de trouver une solution à la crise comorienne à propos de ses athlètes qui avaient été bloqués à Moroni. Mais on sera très exigeant sur ce dossier », a déclaré Philippe Hao Thyn Voon, président du Cij, après la réunion. La suite, on la connaît, les Comores ont pris la décision de quitter la cérémonie.