Les dix marchés boursiers de la Southern African Development Community (SADC), dont fait partie la Stock Exchange of Mauritius (SEM), conjuguent leurs efforts en vue d’accroître leur efficacité. Le Committee of SADC Stock Exchanges
(CoSSE), qui s’est réuni récemment à Gaborone, au Botswana, a élaboré un plan d’actions à cet effet.
Outre la SEM, le CoSSE regroupe les bourses du Botswana, du Malawi, du Mozambique, de la Namibie, de l’Afrique du Sud, du Swaziland, de la Tanzanie, de la Zambie et du Zimbabwe. Il a décidé de consacrer ses efforts à six domaines prioritaires en vue de relever le niveau d’efficience de chacun des marchés concernés. Le comité étudiera les possibilités d’une utilisation judicieuse de moyens technologiques pour relier les systèmes de passation d’ordres sur les différents marchés ainsi que le trading. Les bourses de la SADC travailleront de concert pour s’assurer que leurs systèmes de règlement des transactions soient alignés sur les normes internationales. Elles se proposent de coopérer avec d’autres institutions de la SADC pour développer des systèmes de paiement de qualité tout en améliorant la visibilité de leurs marchés en publiant des données fiables sur les multiples opérations. Le site web conjoint lancé en avril par la Johannesburg Stock Exchange et l’I-Net Bridge seront renforcés.
« The stock exchanges will also pool resources to accelerate training and skills development for capital markets staff », annonce le secrétariat du CoSSE. La présidente du comité Beatrice Nkanza, qui occupe également les fonctions de chief executive officer de la Bourse de Lusaka, a indiqué que les différents marchés ont des rôles bien définis pour appuyer les efforts des gouvernements en vue de faire avancer leurs économies respectives. « They are the channel for long-term risk capital, which is urgently needed for the region’s businesses, infrastructure providers and even governments. They also encourage saving and investment. CoSSE members are working closely together to support SADC initiatives and to make individual markets even more effective », a ajouté Beatrice Nkanza.
Le CoSSE a institué trois comités de travail pour veiller à l’exécution des six business plans comme arrêté dans un programme stratégique couvrant la période 2011-2016. L’un de ces comités, qui concerne le développement du marché, est présidé par Vipin Mahabirsingh, de la SEM. Ses travaux portent sur le développement des modèles pour l’interconnectivité des systèmes de trading automatisés. Les deux autres comités planchent sur les aspects légaux / structure du secrétariat et sur le développement des capacités / visibilité des marchés. Ce dernier comité aura pour tâche de coordonner des programmes de formation pour les régulateurs, courtiers, investisseurs et autres acteurs de l’industrie.
Notons que le CoSSE a été institué en 1997 avec, pour objectif, de promouvoir la coopération entre les bourses de la SADC, et ce conformément au rôle que lui a attribué le Finance and Investment Protocol de la SADC.