En dépit de la décision du gouvernement, vendredi dernier, au sujet des salaires de l’ensemble du personnel de l’empire BAI et des emplois, des appréhensions subsistent encore parmi les concernés. Dans la conjoncture, le mot d’ordre demeure la mobilisation car les répercussions de tout relâchement pourraient être « far-reaching » pour les employés. Ainsi, après la marche des employés d’Iframac à Quatre-Bornes samedi à l’initiative de la Federation of Progressive Unions, la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP) maintient la pression en réclamant aujourd’hui une séance de travail avec les ministres des Services financiers et du Travail, respectivement Roshi Bhadain et Soodesh Callichurn, en vue de préparer l’après-fin juin avec l’entrée en scène des acquéreurs des principales compagnies du groupe Dawood Rawat.