Dans ses propositions faites cette semaine au National Remuneration Board (NRB) concernant la révision de 14 Remuneration Orders (RO), la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) a plaidé pour un salaire minimum de Rs 8 000 et une uniformisation des conditions de travail dans les 14 secteurs concernés. Dans son discours du Budget 2014, Xavier-Luc Duval avait annoncé la révision de pas moins de 14 RO.
« Il est facile de comprendre les raisons qui nous poussent à réclamer un salaire minimum mensuel de Rs 8 000 pour ces 14 catégories de travailleurs et pour une uniformisation de leurs conditions de travail », a déclaré le président de la CTSP, Reeaz Chuttoo. « Depuis septembre 2012, le gouvernement a approuvé l’Office Attendent Remuneration Order. Les Office Attendents, qu’on appelle communément “pions” à Maurice, sont considérés comme faisant partie de la catégorie des travailleurs la plus basse. Or, ce RO a accordé un salaire mensuel minimum de Rs 8 000. Par conséquent, la CTSP voit difficilement comment le gouvernement pourrait ne pas accorder ce traitement minimum aux autres catégories de travailleurs », a argué Reeaz Chuttoo.
C’est dans ce même esprit, a poursuivi le président de la CTSP, que la fédération syndicale a réclamé un « increment » annuel de Rs 200 sur 10 ans. « Aujourd’hui, nos lois ne nous permettent plus en outre de faire de la discrimination entre les diverses catégories de travailleurs », a-t-il ajouté.
Quant à cette demande pour des conditions de travail uniformes parmi ces 14 catégories de travailleurs, la CTSP la justifie en arguant que « les travailleurs, en tant qu’êtres humains, ont les mêmes besoins » en termes de nombre de jours de congé, d’heures de travail et autres « benefits », tels les « Maternity Leave », « Death Grant », « Night Shift Allowance » ou encore « Meals Allowance », entre autres. « Ce sont là des droits humains inaliénables qu’on ne peut refuser à un être humain sous prétexte qu’il fait un travail différent. Car un travailleur a faim et doit manger ou doit se reposer comme tout autre travailleur », a élaboré Reeaz Chuttoo.
Le syndicaliste dit toutefois « douter du sérieux » du ministre des Finances quand celui-ci a annoncé la révision de ces 14 RO d’ici un an. « Quand on sait que, d’une part, le NRB ne peut faire la révision que de trois à quatre RO en une année et que le Budget 2014 ne contient pas de dotation budgétaire pour une augmentation du personnel de cette instance, l’on peut difficilement croire qu’ils arriveront à examiner les propositions salariales et les conditions de travail dans 14 secteurs différents », a-t-il expliqué. « C’est pour cela que les fédérations syndicales, et les syndicats dans leur ensemble, tout comme la CTSP, doivent continuer à faire pression pour qu’on augmente le personnel du NRB », souhaite Reeaz Chuttoo.