Le President’s Emoluments and Pension (Amendment) Bill et le National Assembly Allowances (Amendment) Bill ont été votés sans amendement hier par le parlement. Lors de son summing-up, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a déclaré que l’augmentation des salaires des élus encouragera ces derniers à servir le pays. Le leader de l’Opposition a lui contesté l’augmentation de salaires pour certains parlementaires non méritants et souligné l’écart des salaires entre les députés et les ministres…
Présentant le projet de loi, Navin Ramgoolam a rappelé que ces deux projets de lois portent sur de la révision des salaires pour le président et le vice-président de la république, les ministres et les parlementaires dans le cadre des recommandations du rapport 2013 du Pay Research Bureau (PRB). Pour rappel, selon les nouveaux salaires, le président de la république touchera un salaire annuel de Rs 3 456 000 (soit Rs 288 000 par mois) et une annual duty allowance de Rs 812 400, et le vice-président un salaire annuel de Rs 2 376 000 (soit Rs 198 000 mensuellement) et une annual duty allowance de Rs 552 000.
Prenant la parole, le leader de l’opposition Alan Ganoo s’est demandé si certains parlementaires méritent vraiment de bénéficier d’une augmentation salariale, surtout dans un contexte économique difficile où la population a du mal à joindre les deux bouts et le moral de la nation est au plus bas. « Comment une telle majoration des salaires peut avoir lieu pour les ministres alors que le pays traverse des moments difficiles ? Est-il approprié d’accorder une telle augmentation aux ministres vu l’incompétence de certains membres du gouvernement ? Are we rewarding the incompetence of certain ministers ? » a lancé Alan Ganoo. Selon le leader de l’opposition, le GM a choisi le mauvais moment pour proposer une augmentation des salaires des ministres et le peuple ne peut digérer une hausse salariale si importante. Il a déclaré en substance que « Reza Issack, secondé par Patrick Assirvaden, a récemment critiqué la performance de certains ministres ; nous assistons à un carambolage au PTr ! »
Le député Cehl Meeah est également intervenu au sujet du National Assembly Allowances (Amendment) Bill, affirmant que cette augmentation des salaires des ministres va exacerber la situation sociale déjà tendue.
« Colère des fonctionnaires »
Le leader des mauves a aussi déploré le fait que les augmentations de salaires ne seraient pas payées in toto mais en trois étapes, ce qui créera, selon lui, de la déception au sein de la classe syndicale et chez les fonctionnaires. L’augmentation des salaires sera de 22% si payé in toto, et d’entre 10 et 15% si payée en trois tranches, soit en juillet 2013, janvier 2014 et janvier 2015, soutient-il. « Le PM doit se préparer à affronter la colère des fonctionnaires dans les jours qui viennent ».
Lors de son summing-up, Navin Ramgoolam devait répliquer que la majoration des salaires vise à encourager les élus à servir la nation. En dépit de cette hausse salariale, certains hauts cadres du privé comme les CEO sont mieux payés que les ministres, dit-il. L’île Maurice, ajoute le PM, doit se féliciter de pouvoir augmenter le salaires des ministres alors que d’autres pays n’y arrivent pas vu le contexte économique difficile à travers le monde. L’économie mauricienne a d’ailleurs enregistré de bonnes performances économiques citées par plusieurs agences internationales, telles que le Fonds Monétaire International (FMI), soutient Navin Ramgoolam.
Alan Ganoo a également souligné l’écart des salaires entre les ministres et les backbenchers alors que ces derniers sont constamment présents dans leurs circonscriptions respectives. Répondant à ce point particulier, Navin Ramgoolam a concédé que « the leader of the Opposition is partly right about the gap » mais ajoute que le rapport de Dev Manraj a tenté de « minimiser l’écart de salaires ». « S’il fallait augmenter les salaires des backbenchers, cela aurait été de 94 %, alors nous aurions reçu encore d’autres critiques ».
En réponse à une remarque d’Alan Ganoo, qui a déploré que les Remuneration Orders (RO) de certains secteurs n’aient pas été revus depuis belle lurette, le PM a affirmé que le gouvernement travaille actuellement sur le dossier du National Remuneration Board. Alan Ganoo devait aussi plaider pour un même traitement pour les employés du privé, en appliquant une révision des salaires tous les cinq ans.