Alors que le communiqué de la réunion du Cabinet de vendredi dernier fait mention des amendements qui seront apportés à la PSSA Act, des membres du Board de cet organisme sont étonnés que la révision de la loi n’ait jamais été évoquée au sein de cette instance de direction, ni même inscrite à l’agenda des réunions ces dernières années. Les directeurs des établissements et le personnel des collèges sont très sensibles sur cette question en raison de la rumeur persistante selon laquelle « ils ne seraient plus représentés au sein du Board à l’avenir », mais qu’ils siégeraient dans un Consultative Mechanism. Les stakeholders du secondaire privé souhaitent prendre connaissance des propositions d’amendement avant que le projet de loi ne soit présenté au parlement.
Les stakeholders des collèges privés sont d’accord que la PSSA Act 1976 mérite un dépoussiérage afin de tenir compte des nouvelles réalités du monde éducatif. Ils reconnaissent que ce projet de révision de la loi est mentionné dans le programme gouvernemental de l’Alliance Lepep. Cependant ils trouvent regrettable que les autorités concernées, précisément la PSSA et le ministère de l’Éducation, n’aient pas jugé important d’avoir leurs opinions et leurs suggestions sur cette question, surtout s’il s’agit d’éventuels changements fondamentaux. « Le ministère clame sur tous les toits que le secondaire privé est un partenaire important dans l’éducation nationale et pourtant il n’y a eu aucune communication jusqu’ici sur ces changements à la loi. Nous craignons que certains changements envisagés soient drastiques et n’aillent à l’encontre de ce partenariat », réagissent des directeurs de collèges.
Des membres du board de la PSSA affirment que la direction de cet organisme a fait jusqu’ici « tout un secret autour de ces amendements » et que les premières indications obtenues proviennent du communiqué du Conseil des ministres de vendredi dernier. « Il y a eu au sein du board ces deux dernières années des discussions sur la restructuration de la PSSA mais pas sur les changements de la loi », affirment nos interlocuteurs.
Selon le document du Conseil des ministres, les amendements envisagés tendent à renforcer l’« accountability and governance in the decision making structure ». On y fait aussi mention de la mise sur pied d’un « consultative mechanism at the level of the Authority for greater involvement of stakeholders including the managers, and the staff of private secondary schools and of the organisation ». Les managers et les enseignants ne contestent pas l’idée d’avoir un comité consultatif avec une plus large participation des stakeholders du secteur. Cependant ils craignent que le ministère les exclue ensuite dans le processus de discussion et de prise de décision at higher level, soit au niveau du board. « La rumeur enfle selon laquelle les managers et les représentants du personnel enseignants « pou nepli dan board ». Si jamais le gouvernement va dans cette direction nous allons faire beaucoup de bruit. Ce serait ridicule et dangereux pour ce secteur de l’éducation si jamais le board ne comprenait que des représentants des divers ministères et des représentants de divers organismes de l’éducation. Une telle situation ressemblerait alors ni plus ni moins qu’à la nationalisation des écoles », prévient un des managers du privé.
En revanche, les directeurs des collèges sont d’accords avec deux objectifs des amendements mentionnés dans le communiqué du cabinet, se lisant comme suit : « to restore the pedagogical inspection and quality assurance functions of the Authority ; and introduce educational counselling and psychological support services in line with the educational reforms ».
Mais les dirigeants de la Fédération des managers souhaitent une réunion avec le ministère pour discuter des changements envisagés de manière à ce que tout changement fondamental ne donne pas lieu à l’avenir à des « relations tendues » dans ce secteur de l’éducation.
Selon nos informations, le board de la PSSA dans le sillage du changement de loi ne comprendrait pas des représentants des personnes directement liées au day to day running of schooling ni les représentants du personnel de la PSSA.