« Wishful thinking ! » C’était l’avis hier après-midi du Premier ministre qui réagissait à chaud par rapport à l’annonce du leader et du secrétaire général du PMSD, Xavier-Luc Duval et Mamade Khodabaccus, à l’effet qu’ils étaient arrivés à la conclusion que Michaël Sik Yuen avait accepté de step down comme ministre faute de pouvoir réintégrer Robert Desvaux qu’il avait révoqué vendredi dernier. Navin Ramgoolam répondait aux questions de la presse à l’issue du dévoilement de la plaque inaugurale de la première phase de la Ring Road à Pailles hier.
Invité à dire s’il était derrière la décision du ministre Michaël Sik Yuen de révoquer Robert Desvaux, Navin Ramgoolam a affirmé qu’un ministre doit pouvoir gérer son ministère. S’agissant de la révocation du président de la MTPA, le Premier ministre a affirmé que « je n’ai pas à parler de révocation de Desvaux, j’ai dit qu’il y aura un tsunami de mon côté. Attendez après le congrès », a-t-il soutenu.
Invité à préciser son idée, le Premier ministre a demandé à la presse d’observer son parcours. « Je suis le seul Premier ministre à avoir révoqué un ministre non pas parce qu’il y avait une affaire contre lui mais parce que je n’étais pas satisfait. » Navin Ramgoolam a expliqué que des changements profonds interviendront au niveau des nominations.
Concernant le congrès annuel du Parti travailliste prévu pour dimanche, le Premier ministre affirmé qu’il parlera de la vision du gouvernement, des valeurs du PTr, de la lutte menée par son parti et de l’avenir.
Faisant pour sa part le point après la réunion du bureau politique du PMSD, Xavier-Luc Duval a condamné la façon dont Robert Desvaux a été révoqué. « Il y a quelque temps de cela, le ministre Michaël Sik Yuen m’avait fait part de son intention de révoquer Alain Wong de la présidence de la Tourism Authority pour des raisons personnelles. Je ne me suis pas opposé à sa proposition. Trois jours après, il est venu à mon bureau sans rendez-vous, il m’a dit qu’il doit révoquer Robert Desvaux comme président de la MTPA évoquant des raisons de relations personnelles. Je lui ai dit qu’on ne peut pas révoquer deux personnes en une semaine et que le parti allait prendre cette décision très mal et que nous regarderons cela la semaine prochaine. Malgré mes instructions, il est allé de l’avant et a révoqué Robert Desvaux, qui a travaillé sept ans comme Chairman, dont six ans comme président de la MTPA et une année à la NEF. Il a fait un travail formidable », a déclaré Xavier Duval. Il a aussi déploré la manière dont cette révocation s’est faite. « Un officier de police s’est rendu à son domicile et a remis une lettre à son épouse, l’informant en deux lignes qu’il a été révoqué. Il n’a ni été reçu ni remercié. La forme et le fond sont inacceptables. Pour toutes ces raisons, il nous fallait une explication de la part de Michaël Sik Yuen. Aucun leader ne peut accepter un tel cas d’insubordination parce qu’un parti doit être solidaire avant tout », a affirmé Xavier-Luc Duval. Poursuivant son intervention, il a affirmé avoir parlé à Michaël Sik Yuen et une solution avait été trouvée pour que Robert Desvaux réintègre sa fonction « car sa révocation était injustifiable ».
« Je pensais que tout allait dans la bonne voie et qu’il devait reprendre son poste ce matin. Le ministre Sik Yuen devait s’expliquer devant le Bureau politique en présence de Robert Desvaux. Ce dernier est venu à la réunion alors que Michaël Sik Yuen a joué aux abonnés absents. En son absence, nous avons accepté la proposition qu’il m’a faite ainsi qu’au secrétaire général et des députés du parti à savoir que dans l’impossibilité de réinstaller Robert Desvaux à ses fonctions, il aurait accepté de démissionner comme ministre. Devant son absence au bureau politique et l’absence de communication de sa part, le Bureau politique des bleus a décidé d’accepter l’offre de Michaël Sik Yuen de step down comme ministre du Tourisme », a conclu le leader des Bleus.