Outre la question de la sécurité routière, la question écologique a également été abordée lors d’une conférence de presse hier, à Moka.,Kugan Parapen, membre du comité national de Rezistans ek Alternativ (ReA), dénonce la politique de répression qui sévit actuel- lement sur nos routes. « Au lieu d’adresser le problème, Pravind Jugnauth a choisi la voie de la répression, comme son père SAJ », dit-il. Selon lui, il est « peu probable que ces amendes aient un impact sur la sécurité routière. D’ailleurs, aucune étude n’a été faite à ce sujet pour démontrer la corrélation entre la hausse des amendes et une baisse des accidents sur les routes. »

ReA souligne que cette décision « ne vient pas des Casernes centrales, mais du ministère des Finances. » Il poursuit que, depuis des années, tous les gouverne- ments au pouvoir ont œuvré dans l’intérêt économique de ceux qui les financent. Pour Kugan Parapen, « la baisse progressive de la taxe sur les profits des compagnies, représentant un trou gigantesque dans les caisses de l’État, cela ajouté à la hausse de la taxe déduite sur les produits ménagers, à la taxe sur le pétrole et aux amendes sur nos routes sont étroitement liées. Ce sont les pièces d’un puzzle de l’élite économique », avance-t-il.
L’écosocialiste s’interroge ainsi sur les intentions réelles de l’État. « Le Mauricien est docile, mais pas naïf. Pourquoi ne pas avoir créé un Road Safety Fund pour y déposer tout l’argent gagné sur les routes ? Cet argent pourrait alors être réinvesti dans des campagnes de prévention, entre autres », estime-t-il. Selon lui, tout cet argent ira dans les caisses de l’État. S’agissant de la force policière, Kugan Parapen estime qu’elle a été « prise au piège. Alors que leur rôle est de servir la population et de la protéger, les policiers sont de- venus les agents du fisc. » Il déplore, en outre, qu’un policier soit « félicité » pour le nombre de contraventions qu’il a enregistrées. « Ce système est dangereux et malsain. » ReA indique que le syndicat des polices sera informé de cette pratique « répressive. »

Le parti soutient aussi que la solution sur les routes « est en amont et pas en aval. Il faut s’attaquer à la racine du problème », avance Kugan Parapen, qui suggère la mise en place d’un National Driving Re-learning Programme pour les automobilistes. David
Sauvage, autre membre du comité national de ReA, a lui abordé l’urgence d’une prise de conscience nationale sur la question écologique. Une urgence d’autant plus accentuée avec la récente publication du United Nations IPCC Report sur le changement climatique. « Un changement rapide est nécessaire », dit-il.

Selon lui, il devrait y avoir une vraie volonté politique et médiatique pour sensibiliser la population et pour trouver des alternatives plus écologiques aux pratiques actuelles dans divers domaines, dont le transport oule tourisme.«Il y a un discours de greenwashing qui s’opère », déplore David Sauvage. Il explique que Maurice gagnerait à adopter des lois pour protéger ses ressources et zones naturelles. « Maurice pourrait même devenir un exemple », dit-il