Dans ses commentaires au sujet du grand oral du VPM et ministre des Finances Xavier Luc Duval, Rezistans ek Alternativ – par la voix de son animateur Ashok Subron – estime que le budget 2013 n’est ni moderne ni avant-gardiste. Les critiques sont des plus sévères avec le mouvement affirmant que cet exercice repose sur « une philosophie néolibéraliste dépassée qui ne pourra pas faire face aux crises du capitalisme global, de la zone euro, de l’énergie et du secteur alimentaire. »
Rezistans ek Alternativ avance que ce n’est pas un budget de transition vers un modèle économique alternatif qui repose sur la souveraineté alimentaire, la sécurité énergétique, l’augmentation du savoir, l’emploi décent et le respect de la nature. Dans un premier temps, Rezistans ek Alternativ aborde « la faillite » des mesures de l’exercice 2012. « L’augmentation du chômage et le recul de l’investissement productif du secteur privé démontrent les faillites des mesures pro capitalistes – comme l’abolition de la taxe sur le dividende – que XLD a adoptées l’année dernière. Les concessions que le gouvernement a accordées aux riches n’ont pas entraîné d’investissement dans le secteur productif et n’ont pas créé plus d’emploi pour les jeunes », fait ressortir Ashok Subron.
TVA à Rs 11,306 par mois en 2013
Après les analyses de cet exercice pour 2013, Rezistans ek Alternativ arrive à la conclusion que ce budget repose sur « un financement inégal en faveur des riches. » « Le budget national continue à être financé par un régime fiscal injuste. En effet, 66% du budget sont financés par la taxe indirecte, soit la TVA qui pénalise ceux au bas de l’échelle. Seulement 23% du budget sont financés par des taxes directes, incluant les taxes sur les profits et les gros salaires », poursuit Ashok Subron. Selon lui, un simple calcul permet de démontrer qu’en 2011, chaque ménage a contribué en moyenne une TVA de Rs 9,288 mensuellement. L’animateur du mouvement souligne que pour cette année, chaque householder contribue Rs 10,210 mensuellement. Il estime qu’en 2013, ce chiffre passera à Rs 11,306.
Ashok Subron explique que le budget repose sur la consommation qui, à son tour, repose de plus en plus sur l’endettement de la population.
Rezistans ek Alternativ fait remarquer que les dernières statistiques de la Bank of Mauritius (BOM) démontrent que l’endettement des ménages a augmenté de manière drastique. Selon les chiffres communiqués par Rezistans ek Alternativ, entre 2005 et juin 2012, les Personal and Housing loans ont augmenté par 80%. « Nous pouvons estimer que la consommation par le biais du système de crédit suit la même tendance. Le budget ne contient aucune mesure pour rétablir la justice dans la taxation ni pour régler les problèmes de l’endettement des ménages qui s’aggravent. Bien au contraire, le budget prévoit que l’inflation augmentera jusqu’à 6% l’année prochaine. C’est une augmentation de l’inflation qui est due en quelque sorte à la décision de XLD d’acheter jusqu’à Rs 2,3 milliards de devises en dollars sur le marché monétaire. Cette démarche aura comme conséquence une dépréciation de la roupie et l’inflation », dit Ashok Subron.
Au chapitre de la souveraineté et la sécurité alimentaire, Rezistans ek Alternativ affiche ses plus grandes appréhensions: « Alors que les Nations Unies annoncent une crise alimentaire, XLD semble plus obsédé par Doing Business Index ! Il n’y a aucune mesure substantielle pour assurer une souveraineté alimentaire à la population. Le Grand argentier préfère abolir la Land Conversion Tax pour permettre la construction des terrains de golf. »
Et d’ajouter que des mesures audacieuses pour le développement d’une Ocean Blue Economy étaient attendues par plus d’un.
« Settlement colonial »
Or, Ashok Subron déplore que le budget est dépourvu d’une Maritime Audit Commission et de projets pour développer la flotte de bateau de pêche et la marine marchande mauricienne. « Pourquoi le gouvernement n’a pas utilisé l’argent restant du Food Security Fund pour développer une industrie de la pêche en haute mer avec la participation des pêcheurs et marins locaux en vue d’assurer la sécurité alimentaire de notre pays? Bidze Food Security Fund, Rs 1.1 milyar pa finn preske servi an 2012 é Xavier Duval pe anons ki Rs 983 milyons ki pann servi pu return dan Consolidated Fund ! » Au volet de la sécurité énergétique et d’une énergie alternative, Rezistans ek Alternativ souligne l’absence d’une IPP Coal Energy Tax qui servirait au financement de l’énergie renouvelable.
« La décision gouvernementale de permettre la venue des familles de riches étrangers à Maurice – avec plus de facilités pour acheter les terres – est assez inquiétante. Le gouvernement fait une ouverture pour un settlement colonial qui peut avoir beaucoup de conséquences sociales, économiques et politiques au détriment de la population mauricienne. Après les IRS de Bérenger, nous sommes à présent devant une nouvelle forme de settlement colonial qui se met en place », estime Ashok Subron.
Par ailleurs, Rezistans ek Alternativ fait d’importantes allégations en soutenant que « plusieurs mesures sociales ont pour objectif de remettre en question les droits fondamentaux sociaux dans l’avenir. » Ashok Subron fait référence ici aux Rs 130 M pour la distribution de repas chauds dans les 30 écoles ZEP et la Child Allowance de Rs 750. « Ces mesures ont trait directement au Social Register que le FMI et la Banque Mondiale tentent de mettre en place. Ceci, en vue que les droits sociaux – comme l’éducation, la santé et la pension de vieillesse — ne soient plus universels mais soient basés sur un means test. Pe donn enn dizef pu plitar pran enn bef ar lepep », dit-il.