Le parti écosocialiste Rezistans ek Alternativ (ReA) se dit satisfait des recommandations faites dans le rapport Lam Shang Leen sur la drogue. Il soutient que, malgré le côté “old school” du rapport, ce dernier contient des recommandations progressistes et le parti espère qu’elles seront mises en application.

Selon le parti, ce rapport se démarque du rapport Rault, car il content de nombreuses recommandation progressistes, notamment sur l’usage de la drogue. Concernant les diverses réformes pénitentiaires, Rea met l’accent sur “un point liberticide, notamment dans l’extension de l’incomunicado”. L’extension des 36 heures actuelles, d’un individu sans la présence d’un avocat à 72 heures, est selon le parti, “condamnable.” Le parti rejoint aussi ce que dit le rapport sur l’usage de la drogue et affirme que : “Li inposib pou gagn enn Moris drug-free.” ReA publiera prochainement un document détaillé sur son analyse du rapport. 

ReA affirme qu’il y veillera au grain. “Nou lavwa inn tande an parti dan sa rapor-la”, déclare Ian Jacob, membre du comité national de Rezistans ek Alternativ. Dans son analyse du rapport, le parti félicite la remise en question des institutions, telles que l’ADSU. “Le rapport met en lumière le manque de transparence dans ces diverses institutions”, dit-il. Ian Jacob souligne aussi un point positif du rapport sur la question du cannabis. “Comparé au rapport Rault, celui-ci a plus d’ouverture et propose des recommandations progressistes.”

Il poursuit : “Zot finn ekout nou kan nou ti depoze divan komisyon. Nou ek bann group progresis.” ReA soutient que ce rapport a ouvert les pistes pour débattre, mais note, néanmoins, des lacunes, dont le fait de ne pas avoir fait mention du tout nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le parti demande également des éclaircissements, quant à l’utilisation de l’expression “genuine consumers of drugs” et espère qu’avec l’éventuelle mise en place d’un Drug Offender Administration Panel, les choses seront plus claires. Ian Jacob congratule, en outre, la commission pour avoir mentionné une des propositions de ReA, soit la mise en place d’une National Drug Policy Commission.

“On accueille cela favorablement.” Celui-ci dénote néanmoins l’absence de précision sur la question de “harm reduction”, dont la transmission de maladies, etc. Concernant l’interdiction des cigarettes en prisons, ReA déclare que cela “équivaudrait à une forme de mutinerie, car la cigarette demeure une forme de commerce et de monnaie.” Pour le parti, cette recommandation est “absolument irréalisable”.

En ce qui concerne la peine de mort, Ian Jacob émet des réserves, car même si la commission dit s’y opposer, elle laisse la porte ouverte au débat public, qui pourrait s’avérer dangereux. Ian Jacob félicite les dénonciations des dealers, mais soutient que “l’aspect sécuritaire des civils n’est pas pris en considération. Il ne s’agit pas de petits dealers de quartier, mais bel et bien de barons de la drogue dont il s’agit”. Quant aux réformes pénitentiaires, ReA met le holà sur “un point liberticide, notamment dans l’extension de l’incomunicado”.