Ian Jacob, de Rezistans ek Alternativ, a déposé une lettre lundi à la commission d’enquête basée sur leur manifeste électoral de 2014 sur la lutte contre la drogue. « À travers cette lettre, nous avons demandé à la commission d’ouvrir le débat et, comme alternative, de prôner une politique non répressive. Beaucoup de pays sont en train de revoir leurs lois sur cette question car leur combat contre la drogue et les trafiquants s’est soldé par un cinglant échec. »
Dans son manifeste, explique Ian Jacob, il est dit que « depuis que les Nations Unies ont mis en place une convention sur la drogue, en 1961, aucun pays au monde n’est parvenu à éradiquer complètement la drogue ». En 1988, l’Onu avait mis en place une assemblée spéciale sur cette question, l’UNGASS, dont une des résolutions était de mettre en place une structure permettant d’éradiquer la drogue sur une durée de dix ans. « Cela a provoqué un effet contraire, soit une augmentation de la consommation de drogue et la mise en place d’un réseau de mafias. » La question de la drogue, selon Ian Jacob, est « intimement liée à celle de la santé » publique. « Un exemple concret à Maurice demeure l’échange de seringues et le programme axé sur la méthadone, mis en place en 2006. Les statistiques en provenance du ministère de la Santé ont prouvé qu’il y a eu une baisse de l’ordre de 61% de cas de VIH/Sida dans le milieu des consommateurs de drogue. Mais le fait qu’il n’y ait pas de programme de réduction des risques de VIH en milieu carcéral provoque encore plus de dégâts. » Ian Jacob insiste sur l’application d’une politique non répressive sur la drogue. « Eski pa ti bizin reoryant depi politik repressif pou al ver enn politik ki oryante ver lasante piblik, sosyal ek drwa imin ek pran an konsiderasyon lefe nefas la mafya lor sosyete. » Il demande aussi qu’une commission nationale soit mise en place du fait que les termes, en matière référentielle, de cette commission soit « bien restrictive ». Cette commission, poursuit-il, « pourrait alors analyser l’échec du système répressif » et, en même temps, évaluer « lefikasite ki politik ladrog progresis finne amene dan bann pei kouma Portugal ek Uruguay ». Il poursuit : « Cette commission pourra aussi prendre connaissance des dernières études que les organisations internationales ont menées sur les politiques liées à l’emploi de drogues. Komisyon la ti kapav prepar enn National Drug Control Masterplan ki pou pilot so linplemantasyon. » Ian Jacob se demande ainsi « s’il n’est pas temps de mettre aussi en place une commission pour changer la Dangerous Drugs Act », loi qu’il estime « dépassée », pour aller vers une « décriminalisation de la consommation de drogues et la régularisation de certaines substances comme le cannabis ». Il continue : « On devrait aussi revoir la loi pour réglementer le cannabis médicinal, industriel et récréatif. Etan done ki nou kapav asime ki ena pli boukou konsomater gandia, kapav sey met enn kontrol Leta lor so distribisyon, kot Leta pou pran an konsiderasyon enn seri kriter kouma kota limite, kontrol lor laz, lor kalite ek pri. Eski pa ti bizin reget lalwa konsernan sertifika karakter ek analiz linpak ki lalwa aktyel ena lor bann dimoun pou gagn travay apre enn inkarserasyon ? »  
Il dira que des pays comme les Etats-Unis, « où la loi était sévère », ont « opté pour l’évolution », ajoutant que Maurice devait « commencer à s’insérer dans le débat mondial » entourant la drogue. « Moris bisin analiz obzektivman bann diferan model reglemantasyon ki bann pei kouma Portugal ek Uruguay finn adopte. Li ti pou bon ki Leta morisyen analiz ki bann benefis sa bann model la finn amene, ki li lor ketsyon piblik, sirpopilasyon karseral, diminisyon trafik mafia ek osi li ti pou bon analiz bann reveni ki sa capav amene pou Leta. »