Lors de sa conférence de presse hier, Rezistans ek Alternativ (R&A) a commenté différents sujets de l’actualité, soit la construction de nouveaux hôtels, le Nine-Year Schooling et l’émergence de nouveaux groupes d’opposition.
Selon R&A, le gouvernement actuel applique la même politique que l’ancien régime, soit le bétonnage des côtes mauriciennes, alors que dans son manifeste électoral, l’Alliance Lepep avait promis de geler tout projet hôtelier.
« À R&A, nous protestons contre la politique en place et, avec la coalition Aret kokin nou laplaz, nous nous opposons farouchement au projet Le Chaland Resort à La Cambuse », lance Ian Jacob. Il soutient qu’il ne trouve aucune raison de construire de nouveaux hôtels puisque les chiffres de 2014 ont montré que le taux de remplissage n’était que de 60%.
« Le Chaland Ressort se trouve sur une zone extrêmement sensible écologiquement parlant et se situe à proximité du parc marin de Blue Bay. Il ne nous reste que 10% de plage publique sur nos côtes et c’est inconcevable qu’un nouveau projet hôtelier vienne déplacer un bout de la plage publique », ajoute-t-il.
Ian Jacob s’interroge sur les rapports Environment Impact Assessment (EIA) qui ne prennent en considération que la construction mais oublie la phase d’opération de l’hôtel. Prenant Le Chaland Ressort comme un « case study » de la vision du gouvernement concernant les projets touristiques, R&A a fait une proposition :
« R&A est en faveur d’un modèle touristique intégré — où les habitants particpent eux aussi dans l’économie touristique —, écologique, authentique et durable ; de développement touristique qui prenne en considération les effets du changement climatique mondial et aussi la souveraineté alimentaire locale ». Ian Jacob ajouter que le gouvernement doit prendre des décisions qui ne mettent pas en péril l’écosystème marin pour les générations futures.
Kugan Parapen a pour sa part commenté la réforme éducative. « Nous accueillons favorablement le Nine-Year Schooling et pensons que sur le long terme, il apportera des bénéfices sur le plan sociétal et économique de Maurice ». Selon lui, ces 10 à 15 dernières années, les différentes réformes ont créé un système éducatif instable.
Toutefois, R&A évoque un point négatif au Nine-Year Schooling. Selon Kugan Parapen, avec ce nouveau système, une compétition constante prendra place auprès des élèves, et ce, dès le grade 5 (Ndlr : Std V), de même qu’un pression permanente puisqu’il y aura désormais quatre examens.
R&A propose de donner un poids moindre au critère de points lors de la transition du grade 6 au grade 7. « Il faudrait donner plus de poids au critère de régionalisation. Nous notons également l’absence du droit de l’enfant d’être enseigné dans sa langue maternelle. Cela favorisera un système éducatif inclusif ». Concernant l’admission des élèves dans les académies, R&A est d’avis qu’il faudrait repousser l’âge auquel les élèves se spécialisent dans une matière afin de permettre leur épanouissement.
Commentant l’échiquier politique, Ashock Subron évoque pour sa part « l’émergence de différents foyers d’opposition citoyenne sociopolitique avec en parallèle une opposition alternative représentée par Rezistans ek Alternativ ». Il cite les différents mouvements associative avec lesquels R&A s’associe : Aret kokin nou laplaz pour l’accès à la terre aux habitants des régions côtières ; les petits planteurs pour l’énergie renouvelable ; les pêcheurs pour les contestations concernant les développement océaniques ; les travailleurs dans leur lutte pour le salaire minimal, entre autres.
Ashock Subron a également critiqué le MMM, le Parti Travailliste (PTr) et le Mouvement Patriotique (MP). Selon lui, le MP pratique « les pires mauvaises habitudes du MMM. Zot travay se kas gouvernman pou rant dan gouvernman ».
Par ailleurs, R&A s’oppose à la nouvelle politique du ministre de la Santé, Anil Gayan, concernant la drogue. Selon Ashock Subron, il s’agit d’une attitude répressive et dangereuse. « C’est une question de santé publique. Nous tiendrons Gayan responsable s’il y a une prolifération du VIH à Maurice ». Et d’ajouter pour Anil Gayan : « Si li pa kone, dimann konsey. Si li pa kapav, demisione. Si li persiste, gouvernman bizin met li deor. »