Intervenant samedi dernier au Mother Courage Centre, Moka, lors d’une rencontre avec la presse, Ian Jacob, un des animateurs de Rezistans ek Alternativ, a annoncé la participation de son mouvement aux prochaines élections générales. Il a invité les forces de gauche à joindre  leBlok Elektoral Rezistans. Ashok Subron a, lui, condamné la politique de Maurice sur le « dossier Chagos-Baz Militer Diego », tandis que Stephan Gua a dénoncé le problème de manque d’accès à la terre à Maurice.
« Rezistans ek Alternativ pe relev le defi de prezant kandidat dan tou sirkonkripsyon pou amenn remiz en kestyon politik kominal ek politik ekonomik e sosyal ! » a lancé Ian Jacob lors d’une rencontre avec la presse, entouré des autres animateurs de son mouvement, dont Ashok Subron, Stephan Gua et Devianand Narrain, le tout présidé par Veena Dholah. « Dan sa kontex-la, nou pe lans enn lapel a tou bann lafors de gos, sindikal, muvman sosyal, ekolozist, pou zwenn Blok Elektoral Rezistans, ek ralye otur enn Manifes pou Alternativ baze lor eliminasyon kominalism, demokrasi partisipativ, lazistis ekonomik, drwa sosyal, lenerzi renouvlab korperativ, souvrennte alimanter ek ekolozi », a poursuivi l’intervenant, précisant que plusieurs organisations et activistes ont déjà rejoint le Blok Elektoral Rezistans.
Commentant les pourparlers entre le MMM et le Ptr, Ian Jacob a réclamé que ces deux partis précisent officiellement leur position. « Nou reklam ki Ramgoolam ek Bérenger, par respe pou lepep, presiz zot pozisyon ek layans enn fwa pou tou ek aret sa sityasyon malsin ki pe perdire dan pei depi plis ki 6 mwa. »
Ian Jacob s’est également dit « indigné » par le fait que Paul Bérenger ne « joue plus son rôle d’opposition » officielle. « Sa sityasyon-la pe kre enn bann disfonksyonnma demokratik grave », estime-t-il. « Deza nou pe trouve ki Bérenger, ki officiellement leader de l’opposition, finn vinn port-parol de Navin Ramgoolam ! », a-t-il déploré. L’intervenant a aussi dénoncé ce qu’il appelle « bann kalkil ek bann balans kominal/kasteist ki pe predomine lor konstitisyon Front Bench enn eventyel gouvernma Ptr/MMM, ek dan kompozisyon lalis kandida ».
Des autres partis de l’opposition (Ndlr : MSM, PMSD, FSM et Parti Leberater), Ian Jacob prévoit qu’ils aboutiront soit à une alliance électorale, soit à un arrangement électoral, dans le cadre des prochaines élections générales. Déplorant de son côté le problème du manque d’accès à la terre, Stephan Gua a proposé la mise sur pied d’une “National Land Audit Commission”, qui devrait, estime-t-il, prendre en compte le travail déjà effectué par la “Truth and Justice Commission”, et ce « pour plus de transparence et d’équité dans le partage des terres à Maurice ».
Dénonçant pour sa part la « faillite » de la politique de l’État mauricien sur les “Chagos-Baz Militer”, Ashok Subron a préconisé quatre mesures pour, dit-il, réorienter la politique de Maurice sur ce problème et pour le retour des Chagossiens dans leur pays. D’abord, la réinscription d’une motion que Maurice avait inscrite à l’agenda de l’Assemblée générale des Nations Unies le 11 mai 1990 et qu’elle a ensuite retirée le 27 juin 1990. Puis, initier au niveau de la SADC et de l’Union africaine des démarches pour relancer le projet Indian Ocean Zone of Peace (IOZP), selon une résolution des Nations unues de décembre 1971. « IOZP se enn proze ki finn systematikma sabote par bann gran pwisancs kuma Royaume-Uni, USA ek Lafrans akoz zot pa ti ule ferm Baz Militer Diego », commente Ashok Subron. Troisièmement, inscrire une motion au prochain sommet du Commonwealth pour condamner le Royaume-Uni et relancer la fermeture de la base militaire de Diego Garcia, favorisant ainsi le retour des Chagos à Maurice. « Fot de kwa, Leta Morisyen pou bizin anvizaz so retre depi Commonwealth ! » a-t-il menacé. Enfin, en dernier, que Maurice se prépare à loger une plainte auprès de la Cour internationale de La Haye.