Un peu plus d’une semaine après la publication des vues du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies, les animateurs de Rezistans ek Alternativ ont réaffirmé hier à un point de presse qu’il était question d’une victoire historique pour eux. S’agissant des commentaires à l’encontre de la plateforme, Ashok Subron condamne « une confusion volontaire et délibérée de certains politiciens pour faire avancer un agenda rétrograde ». Le mouvement a également proposé trois amendements d’urgence à la Constitution.
« Nous faisons trois propositions à l’État pour des amendements immédiats à la Constitution. Dans un premier temps, nous recommandons l’élimination de toute forme de communalisme dans la Constitution. En second lieu, plus précisément au sujet de la réforme électorale, nous souhaitons une assemblée à 90 membres, dont 62 sous la formule de First Past the Post et 28 sur la base des proportionnelles avec un alignement moitié homme, moitié femme. Le mot “séculier” devra aussi être inséré dans la Constitution. Enfin, nous souhaitons l’introduction des conventions socio-économiques telles que préconisées par les Nations unies », a expliqué Michel Chiffonne, membre de Rezistans ek Alternativ.
La seconde partie de cet exercice médiatique devait être consacrée aux critiques formulées par les détracteurs de Rezistans ek Alternativ depuis la publication des vues du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies. Les animateurs de Rezistans ek Alternativ ont ainsi administré une série de répliques au leader de l’opposition, Paul Bérenger, et aux ministres Arvin Boolell (Affaires étrangères) et Shakeel Mohamed (Travail). « C’est une grande victoire pour Rezistans ek Alternativ contrairement à ce que dit Paul Bérenger. Certains font preuve d’une pure malhonnêteté intellectuelle. Le leader de l’opposition n’a plus les repères idéologiques qu’il avait dans le passé », a lancé Ian Jacob, un autre membre de ce regroupement.
« Shakeel Mohamed et Arvin Boolell prennent des positions aussi rétrogrades que Paul Bérenger. Une confusion volontaire et délibérée de certains politiciens font surface pour faire avancer un agenda rétrograde. Il n’y a aucune ambiguïté et nous n’avons pas induit la population en erreur. Fode ena movez fwa ek meskinnri pou fann enn konfisyon volonter », a affirmé de son côté Ashok Subron.