Rezistans ek Alternativ (ReA) a tenu une conférence de presse, hier, à Moka où il a rendu publique une liste de propositions pour tenter de résoudre le problème de la crise du logement intimement liée, selon lui, à la crise climatique.

Après avoir exprimé la solidarité du parti aux victimes des récents incendies à Cité Longères”, Stefan Gua se dit d’avis «que cette situation aurait pu être évitée si l’on avait, d’une part, une vraie politique de logement qui puisse gérer la forte demande de logements à Maurice et, d’autre part, si les gouvernements successifs avaient mis en place un plan de relogement pour les victimes de catastrophes naturelles”, dit-il.

Le parti avance qu’il n’y a pas de mesures transitoires pour aider une personne victime de catastrophe à s’installer dans un logement décent. “C’est un échec total des différents gouvernements”, soutient-il. “En 1994, l’on enregistrait 1,800 réfugiés climatiques et, en 2018, ils étaient à 3,000, donc ce chiffre est appelé à augmenter au fil du temps si l’on n’adresse pas, comme il faut, la crise du logement.”

Stefan Gua s’est aussi appesanti sur le problème du prix des terres à Maurice. “Le prix des terres est quasi inaccessible, même pour les gens de la classe moyenne. L’État est, donc, dans l’urgence de mettre en place des mesures pour contrôler le prix des terres à Maurice.” Commentant la déclaration de Navin Ramgoolam la semaine dernière à Cité Longères sur les Bangladais habitant dans des logements sociaux, ReA condamne unilatéralement ces propos. David Sauvage, a, quant à lui, énuméré les nombreuses propositions transitoires pour tenter de résoudre le problème du logement à Maurice, dont un plan de relogement pour les réfugiés climatiques.