Environ 200 professionnels évoluant dans le secteur de l’eau et des étudiants des établissements secondaires publics et privés participeront à un atelier de travail sur l’eau prévu demain au Rajiv Gandhi Science Centre à Bell-Village. Cette initiative découle d’un partenariat entre le centre, le ministère de l’Énergie et des Services publics et la Central Water Authority dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau observée le 22 mars.
« L’eau et la sécurité alimentaire ». C’est le thème retenu cette année de l’atelier, qui vise à sensibiliser au fait qu’à toutes les étapes de la chaîne alimentaire — du producteur au consommateur — des actions peuvent être menées pour économiser l’eau et assurer la sécurité alimentaire. L’objectif : mobiliser et encourager les décideurs, les organisations, les communautés et les individus à modifier leur régime alimentaire et réduire leur empreinte hydrique en consommant des produits moins exigeants en eau, limiter le gaspillage alimentaire, produire des aliments de meilleure qualité avec moins d’eau et adopter un régime alimentaire plus sain.
Des représentants du ministère de tutelle, de la Central Water Authority (CWA), de la Water Resources Unit, de l’Irrigation Authority, du ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie, du ministère de l’Environnement et du Développement durable, du ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, de l’Agricultural Research and Extension Unit et des Services météorologiques se pencheront ainsi sur divers aspects liés à l’eau : le changement climatique et la sécurité alimentaire, entre autres.
Les travaux se focaliseront sur les ressources en eau à Maurice ; la distribution d’eau ; le captage de l’eau de pluie pour les planteurs ; la consommation durable ; la qualité de l’eau et la santé publique. Des séances questions-réponses sont également au programme. Dans ce même contexte, une exposition sur le changement climatique, la biodiversité, les mesures pour économiser l’eau, l’aquaculture, les différentes méthodes d’irrigation, les projets et la situation par rapport aux ressources en eau se tiendra jusqu’à demain dans l’enceinte du RGSC. Le but est de sensibiliser les visiteurs à l’importance d’un usage judicieux de l’eau, à les préparer au changement climatique et aux catastrophes naturelles, à les familiariser aux différentes étapes de la production d’eau potable, du pompage à la distribution en passant par le traitement et le stockage.
De mars à juin 2012, la station de traitement de La Marie sera ouverte aux établissements scolaires, ce qui permettra aux étudiants de se renseigner sur les différentes étapes nécessaires pour transformer l’eau non traitée en eau potable. L’accent sera aussi mis sur les mesures prises au niveau de la CWA pour assurer que l’eau traitée soit de bonne qualité.
Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, une remise de certificats est prévue par ailleurs demain au RGSC pour récompenser les gagnants des concours de dessins pour les élèves primaires et de rédaction pour les élèves du Higher School Certificate. Lancés en février 2012, les deux concours avaient pour thème « L’eau et la Sécurité alimentaire ».
Au plan mondial, la question de l’approvisionnement en eau devient chaque jour plus préoccupante. La croissance démographique pour les 25 prochaines années, accompagnée d’une explosion de la consommation d’eau et d’une dégradation au niveau de la qualité, mettrait en péril le ravitaillement en eau douce d’une grande partie des populations. Plus de trois millions de personnes vivront  d’ici à 2015 dans des régions qui seront sujettes à des pénuries d’eau, selon les Nations unies.
En ce qui concerne la sécurité alimentaire, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, chaque individu doit consommer entre deux et quatre litres d’eau par jour. De même, la production de tous les aliments, qu’ils proviennent de l’agriculture, de l’élevage, des forêts, de la pêche en eau douce ou de l’aquaculture, requiert de l’eau, qui devient de plus en plus rare. La pénurie d’eau touche déjà presque tous les continents et plus de 40 % de la population de la planète.
À Maurice, le pourcentage de l’eau injectée dans le réseau de distribution a connu une hausse annuelle de 3 % pendant les 20 dernières années. Le volume d’eau injectée par jour, qui était de 310 000 m3 en 1990, est maintenant passé à 590 000 m3, ce qui représente une augmentation d’environ 90 %. La consommation d’eau par habitant est passée de 152 litres par jour en 1990 à 170 litres à ce jour. L’eau traitée distribuée aux secteurs de l’économie a aussi connu une hausse de 2,2 % durant les 25 dernières années.
Selon le National Environment Action Plan pour Maurice, la demande en eau pourrait dépasser l’approvisionnement d’ici à 2040 à moins que des mesures plus efficaces dans la gestion de ressources en eau soient mises en oeuvre.