Le vice-ministre australien des Affaires étrangères et des îles Pacifiques Richard Marles estime que la clé de la réussite est de briser le cercle vicieux de la pauvreté, ce qui ne peut se faire que par l’éducation. C’est ce qu’il a affirmé lors de sa visite du projet Sa Nou Vize à la résidence Bethléem à Rose-Belle en présence du ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell et de Sandra Vegting, Haut commissaire d’Australie à Maurice, mardi dernier. M. Marles, en mission dans l’océan Indien, a passé une journée à Maurice.
Richard Marles a loué le projet Sa Nou Vize dont un des objectifs est de donner l’occasion aux enfants de la localité d’avoir accès à des activités comme apprendre à jouer d’un instrument. Le programme fait aussi de l’accompagnement scolaire. Dans ce contexte, il bénéficie du soutien du gouvernement australien qui à travers le programme AusAID lui pourvoit du matériel scolaire et de musique.
Richard Marles a observé que les poches de pauvreté existent à travers le monde. La seule manière de briser ce cercle vicieux afin de pouvoir réussir est à travers l’Education. Pour lui, « si rien n’est fait, un enfant né de parents pauvres n’aura pas les mêmes opportunités dans la vie pour réussir que celui né de parents riches et ainsi de suite ». C’est dans l’optique de soutenir ces communautés que le gouvernement australien apporte son soutien en matière d’éducation.
Le responsable du projet, l’artiste Alain Auriant, a remercié chaleureusement Richard Marles pour le soutien de l’Australie. Il a fait un plaidoyer pour des aides supplémentaires. Sa nou vize projette entre autres d’aménager un espace de jeu pour les enfants de la localité, qui jouent dans la rue, souligne-t-il
Alain Auriant a aussi indiqué que cinq membres d’une famille vivent encore dans des anciennes maisons qui contiennent de l’amiante et qui sont dans un état de décrépitude sans toilettes et autres facilités d’hygiène.
Il ajoute que le but de son association est d’« éradiquer la pauvreté à Bethléem ». « We make an appeal to the Australian High Commission for further help », dit-il. Et de solliciter le soutien de l’Australie en termes de bourses d’études pour les enfants de la localité.
Arvin Boolell a concédé que des maisons ont été construites avec de l’amiante dans le passé et que suite aux protestations, dont la première de la part d’un syndicaliste, le ministère des Terres et du Logement a lancé un projet de logement avec le soutien de ses partenaires. « Tout se fait dans un souci de transparence », soutient le ministre. M. Boolell a parlé de la volonté du gouvernement de sortir les gens de la pauvreté avec la mise en place de structures, dont la création d’un ministère de l’Intégration sociale et de l’autonomisation économique. Il s’est prononcé pour l’aménagement d’une aire de jeu pour les enfants.
Anwar Kaidoo du Lions Club de Curepipe a parlé du soutien qu’il accorde au projet.
Richard Marles a remis symboliquement un instrument de musique à l’association.