Si tous les feux étaient au vert pour qu’il s’impose dans la quatrième épreuve, étoffant par la même son palmarès d’une cinquième victoire au Champ de Mars, Bandido Caballero a fait mieux. Non seulement s’est-il imposé comme attendu, mais il l’a fait avec la manière. Et ce n’est pas Swapneel Rama, qui pilotait Carson City, son dauphin, qui nous dira le contraire, le pensionnaire de l’entraînement Merven étant relégué à plus de 4L au but. De quoi donner des idées à l’entourage de l’alezan d’autant qu’il donne l’impression de posséder une bonne marge de progression.   
Arrivé chez nous la saison dernière, Bandido Caballero a vite donné un aperçu de ses qualités en s’imposant d’entrée au terme d’une splendide ligne droite sous la selle de Robbie Burke. Si à sa deuxième sortie, il tomba sur un Nordic Warrior en pleine éclosion, les deux défaites qui s’ensuivirent, tantôt face à Wind Glider (31e) et Tornado Man (36e) sont à mettre sur la mauvaise inspiration de son jockey. Du reste, Robbie Burke écopa de 12 semaines de suspension dans le deuxième cas, une course que la Commission Parry a identifié dans son rapport comme un des « suspect races which have taken place over the last two years ». Autant dire qu’il aurait dû avoir un palmarès beaucoup plus étoffé. Sa victoire en fin de saison dernière avec Jim Cassidy a quelque part remis les pendules à l’heure.
Profitant de l’intersaison, le fils d’Elusive Quality devait reprendre les choses là où il les a laissées le 11 avril dernier lorsqu’il enregistra sa troisième victoire sur le turf. Rallongé à sa sortie suivante, il démontra la même pointe de vitesse finale pour aller cueillir sa quatrième réussite. D’aucuns pensent que sa victoire de samedi dernier est la plus belles de toutes.
Monter sur la distance
Invité à commenter la victoire de son cheval à sa sortie de la jockey’s room samedi après-midi, Rye Joorawon a déclaré: « C’est une victoire attendue. Du reste il était le grandissime favori de la course. Mais comme vous le savez, une course est courue sur le gazon et non en théorie. Ce qui fait que tant qu’on ne passe pas la ligne d’arrivée, on n’a pas course gagnée. Mais le style dans lequel Bandido Caballero s’est imposé m’a agréablement surpris. Sur cette performance, je suis convaincu qu’il fera encore parler de lui. »
Cette victoire de Bandido Caballero n’a pas laissé insensible que Rye Joorawon. Même Didier Descroizilles, un des ses propriétaires, qui pourtant fut associé a un certain Tub Thumper par le passé, a été obnubilé par la ligne droite de son poulain. Dans ses commentaires à chaud, il pouvait difficilement cacher sa satisfaction. « Je dois dire que j’ai beaucoup de chance d’être co-propriétaire d’un tel cheval. Je tiens à remercier Ricky qui fait un travail extraordinaire avec tous ses chevaux, dont Bandido Caballero. Je salue aussi les autres co-propriétaires dont Didier Peten qui malheureusement n’a pu venir aux courses aujourd’hui (ndlr: samedi). Je suis très heureux car ce n’est pas tous les jours qu’on tombe sur un cheval qui vous offre 5 victoires et termine 4 fois deuxième en neuf sorties. On pensait qu’il avait une bonne chance mais c’est vraiment extraordinaire de le voir gagner dans un tel style », s’est réjoui M. Descroizilles. Selon lui, Bandido Caballero a les qualités requises pour aller sur la distance. « Mais c’est à l’entraîneur de décider. Bandido nous a tellement donné que tout ce qui viendra désormais sera que du bonus.»
Avec la montée en puissance des autres jeunes pousses que sont Elite Class, Phiri E Kwatile et autres Rebel’s Game, l’avenir s’annonce prometteur pour Ricky Maingard.