On le disait dans le dur et certaines mauvaises langues parlaient même de divorce imminent avec son employeur, mais Brandon Lerena a toujours cru en son étoile. A l’instar de son entraîneur, le Sud-Africain a accueilli la première victoire de Rebel’s Game sur notre turf comme « une bouffée d’oxygène », lui qui a mangé son pain noir pendant trois semaines.
« A nail-biting finish, that’s what your headlines should be about guys », nous a suggéré, avec un brin d’humour, Brandon Lerena à sa sortie de la jockey’s room samedi dernier. L’allusion, pas si anodine, peut faire sourire quand on se rémémore l’emballage final de The Preside Plate où Wind Power, le représentant de Shailesh Ramdin, a voulu s’offrir un morceau de Rebel’s Game qu’il n’arrivait pas à dominer. Ricky Maingard, qui intervenait après la victoire de son poulain, avait bien sa petite idée par rapport à ce qui s’était passé.
« C’est un réflexe naturel. Si vous regardez des chevaux qui sont en liberté dans les haras, vous verrez qu’ils se mordent souvent. Je pense que Wind Power avait tout donné et malgré cela il n’arrivait pas à doubler Rebel’s Game. Son dernier réflexe a été de mordre son adversaire pour le faire s’arrêter. C’est quand même grandiose de voir un cheval se battre jusqu’au bout comme cela », a expliqué l’entraîneur. « Mais je pensais que Rebel’s Game avait encore des réserves. C’est un jeune cheval et il n’a jamais pris le commandement de sa vie. Ce n’est que sa deuxième course ici mais il ne donnait pas de signes de s’arrêter dans son action. Je pense qu’il avait besoin d’un peu de compagnie », a-t-il poursuivi.
« Rebel’s Game had improved quite a lot from his last run. He was very green and did not really handle the last turn. Today, I was racing a bit wide and I chose to stay on the good ground. He was still a bit green but he was much better from his first run. It’s still quite early to say if he can go up in class. He just won today but he’s still a very young horse. It’s his second run as a 3-year old so he’s got to improve », nous a, pour sa part, déclaré Brandon Lerena à son sujet. Counts Rocket, l’une des nouvelles unités de cet entraînement, était très chuchoté pour son baptême du feu. Auteur d’une belle fin de course, ce two-time winner en Afrique du Sud a laissé entrevoir de belles possibilités mais son cavalier estime que la prudence reste de mise.
« My boss is quite a loyal guy »
« Counts Rocket’s race is a bit deceiving because they went so hard early on and they had to stop. But at the same time he was finishing off very strongly and it’s a bit short of his best distance. The main thing today was to teach him the track and just make sure that he relaxes because he had a tendency to over-race in South Africa. Over 1365m, he was nice and relaxed and he ran on strongly ». On s’attendait à une meilleure performance de la part de Laser Bolt mais le gris n’a pu qu’accrocher la troisième place après avoir attaqué prématurément le meneur. « I would not say I moved early on Laser Bolt. The new horse that was leading the race (NDLR : Brave Leader) sort of stopped quite drastically at the 600m. From then on, my horse was just disappointing. Maybe he saw something because he just could not handle the turn ».
Captain’s Cronicle, qui en était à sa première participation sur 1500m, a eu une course éprouvante avant de terminer bon dernier de son épreuve. « Captain’s Cronicle is a bit hard to assist. He feels like he wants ground but he did not have the easiest of races today. My horse was jostled quite a lot but he’s the kind of horse which you want to gather the momentum all the way. He just stays on but if he gets bumped or intimidated, he is not going to come in an amazing burst of speed », nous a-t-il soutenu. Ted Bassett et Skywalk Luke ont, pour leur part, joué de malchance dans leurs épreuves respectives mais leurs prestations ont été des motifs de satisfaction compte tenu des circonstances.
Il va sans dire que la pression est quelque peu retombée après cette victoire mais Brandon Lerena nous a confié n’avoir jamais baissé les bras ni craint pour son poste malgré son manque de réussite en course. « That’s the way it goes, you know. Before anything comes up , it has to go down. You just have to ride the wave. As you know, things sometimes don’t go your way and you have to come up and improve. It’s been hard but you can’t lose hope. You’ve just got to keep the faith and work hard. Besides, my boss is quite a loyal guy. Obviously I made a few errors on a few of my rides, so I guess you can say I’m still a work in progress. The Champ de Mars is quite a difficult track but I’m just trying to use the strengths of my boss to improve ».