Pas moins de 350 tonnes. Tel est le poids total de papier « perdu » lors de la distribution des nouveaux annuaires téléphoniques, les anciens étant purement et simplement jetés à la poubelle. Aussi, l’Ong Right 2 live a entamé des discussions avec Mauritius Telecom afin que les prochains annuaires ne soient distribués qu’en échange des précédents, qui seraient alors ensuite recyclés.
Maurice, île durable ! Pour faire de cet adage une réalité, c’est un fait, chacun doit prendre ses responsabilités. Or, la protection de l’environnement, c’est aussi la lutte contre le gaspillage. C’est ce que clame l’Ong Right 2 Live, laquelle attend actuellement l’aval de Mauritius Telecom (MT) pour un projet à haute valeur environnementale : le recyclage d’annuaires téléphoniques.
Car chaque année, avec le remplacement des bottins, ce sont environ 350 tonnes de papier qui sont jetés aux ordures. Dès lors, estime l’Ong, il suffirait que les nouveaux annuaires ne soient délivrés que contre les anciens pour résoudre le problème. Avantage : les vieux bottins seraient alors recyclés.
Après avoir travaillé en 2009 sur la réduction de l’utilisation des emballages pour les produits de consommation dans des grandes surfaces, Right 2 live – qui organisait une conférence de presse hier – s’attaque donc cette fois au gaspillage de papier, et ce avec la collaboration de Mauritius Telecom (MT). « Cette année, nous comptons nous focaliser sur la pollution causée par les annuaires téléphoniques », explique le porte-parole de Right 2 live, Rajen Valayden. « Plus de 350 000 annuaires sont imprimés uniquement par Teleservices Ltd, filiale de MT. Ce qui représente 350 tonnes de papier », dit-il.
Car ils sont encore nombreux – particuliers comme entreprises – à réclamer leur bottin, et ce malgré les lignes de renseignements téléphoniques et les annuaires en ligne. Or, en échangeant les anciens annuaires contre les nouveaux, le problème sera en grande partie résolu. « Cette mesure permettra à l’opérateur de faciliter le recyclage du papier avec une incidence directe sur le coût de la production. Ainsi, MT accomplira dans la foulée son devoir d’entreprise responsable », poursuit notre interlocuteur.