Belle clôture du festival avec le chanteur du groupe Sinsemilia. Un au revoir au rythme du reggae, avec des paroles engagées et la voix entraînante de Riké, qui aura fait se lever et danser la cinquantaine de personnes qui sont restées jusqu’à la fin du spectacle.
Lors de l’interprétation des trois dernières chansons de sa playlist, le chanteur français était accompagné d’un trio de Mauriciens, qui a su réveiller un public peu réceptif. Kersley Sham (batterie), Olivier David (clavier) et Didier Bagnoux (basse) se sont défendus sur le tube Tout le bonheur du monde (2005) et deux morceaux du prochain album de Sinsemilia, Un autre monde et L’illuminé. La formation musicale improvisée de la soirée n’aura pas été la seule surprise. Riké a aussi été accompagné par son frère, Mike, auteur et chanteur du groupe de reggae français.
Pour sa première représentation à Maurice, c’est un Riké amical, joueur et rempli d’humour que nous avons découvert sur scène. Accompagné en début de spectacle par un de ses amis de Grenoble pour assurer la partie guitare et choeur de son concert acoustique, Riké a présenté au public des titres de ses précédents albums, Vivons !, Air frais et Au gré du vent.
Des titres tantôt jovials tantôt nostalgiques, très peu connus des Mauriciens, qui n’auront pas accroché la centaine de personnes présentes au début.
Ceux qui ont quitté la salle ont eu tort, car la fin du concert de Riké a été un pur moment de bonheur.