Le ministère des Terres et du Logement, en concertation avec celui de l’Intégration sociale, étudie actuellement la situation des 82 familles de squatters se trouvant sur le tracé de la Ring Road. La phase 2 de cette route devrait commencer l’année prochaine. La National Empowerment Foundation (NEF) a déjà démarré la construction de 82 unités de logement à Pointe-aux-Sables. Toutefois, une étude sera menée sur la spécificité des cas et un mode de paiement pour les maisons est à l’étude.
Le gouvernement ira de l’avant avec les phases 2 et 3 de la Ring Road. Dans ce contexte, une réunion a eu lieu entre le ministre des Terres et du Logement, Showkutally Soodhun, et celui de l’Intégration sociale, Prithviraj Roopun, concernant les 82 familles de squatters se trouvant sur le tracé de cette route à Tranquebar. Les autorités étudient les différents cas, surtout que parmi les squatters dans cette région, un certain nombre d’entre eux sont Rodriguais. Trois personnes parmi ces familles sont déjà détentrices d’un terrain à bail à Rodrigues et, pour obtenir un logement social à Maurice, elles devront renoncer à leurs droits sur le terrain de Rodrigues.
Les travaux de la phase 2 devraient débuter l’année prochaine et la construction des maisons pour le relogement des squatters a déjà démarré à Pointe-aux-Sables, sous l’égide de la NEF et de la State Land Development Company Ltd (SLDC). Reste à définir les modalités pour le paiement par les bénéficiaires.
Par ailleurs, 73 autres familles habitant Vallée-Pitot sont concernées par le tracé de la phase 3 de la Ring Road. Soixante-sept d’entre elles sont des familles de squatters, tandis que les six autres sont des bénéficiaires de terrains à bail. Des discussions sont en cours avec la SLDC pour l’acquisition d’une autre portion de terrain, à Pointe-aux-Sables toujours, pour le relogement de ces familles. Dix-huit autres familles concernées par le tracé de la phase 3, mais résidant à Canal Anglais à Route-Militaire seront relogées un peu plus loin dans la même localité.
À noter que dans tous les cas concernés, le département Survey du ministère des Terres et du Logement, avec la collaboration de l’Intégration sociale et de la Sécurité sociale, mènera une enquête sur la situation des bénéficiaires. Un suivi des familles est aussi prévu tout au long du projet de relogement.