Nando Bodha, ministre des Infrastructures publiques et du Transport, a annoncé hier que le gouvernement planche sur l’aménagement de deux tunnels routiers, au lieu d’un, qui passeront sous la Montagne des Signaux dans le cadre de la Phase II de la Ring Road. Cela par mesure de sécurité face aux risques d’inondations, d’incendies ou d’accidents de la route qui pénaliseraient le trafic routier, a-t-il expliqué.
Initialement, selon le plan soumis par le consultant dont les services ont été retenus pour le design de la Ring Road Phase II, un tunnel long d’environ 1,2 km devrait être aménagé en passant sous la Montagne des Signaux. Mais le gouvernement souhaite revoir ce concept en prenant en considération ses spécifications et ses exigences telles que la création d’escapes routes en cas d’événements qui pourraient perturber la circulation routière ou qui pourraient représenter un danger pour les automobilistes comme les risques d’inondations, d’incendies ou d’accidents ou encore l’aménagement de lay-by pour faire face aux pannes.
Une équipe d’experts du gouvernement sud-coréen fera le déplacement bientôt pour travailler sur ce projet dans le cadre d’une coopération G2G (Government to Government) entre la Corée du Sud et Maurice. Ces derniers devront réaliser un technical audit du projet. Le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, était en effet en mission il y a deux semaines en Corée du Sud pour s’inspirer de ce qui est fait là-bas en termes de sécurité routière et au niveau des infrastructures routières, notamment en matière d’aménagement de tunnels.
Nando Bodha a par ailleurs annoncé qu’un exercice d’appels d’offres sera bientôt lancé à l’international pour recruter des consultants en vue d’effectuer des tests, cette fois-ci sur l’ensemble du tronçon de l’autoroute M3 Terre-Rouge/Verdun.
Il nous revient d’autre part que le GM investit actuellement dans la formation des ingénieurs de la Road Development Authority (RDA) en matière de tunnels routiers et de viaducs. Des champs d’intervention qu’ils seront appelés à maîtriser au vu des projets routiers qui ont été annoncés pour les prochaines années, notamment dans le cadre du Road Decongestion Programme (RDP). Maurice a sollicité l’aide de plusieurs pays amis tels que la Chine, l’Inde et la France pour former ces ingénieurs.