Le scandale de la Ring Road Phase I, route interdite à la circulation suite à des éboulements et glissements de terrain depuis le début de l’année, s’amplifie davantage. Le vice-Premier ministre et ministre de l’Infrastructure publique, Anil Bachoo, qui ne cesse de reprendre la chansonnette que les coûts de réhabilitation de cette route seront à la charge du Joint Venture Colas/Rehm-Grinaker, est venu verser, mardi dernier, à l’Assemblée nationale, d’autres éléments accablants dans ce dossier. Ces détails sont venus gonfler le coût de construction de cette route de sept kilomètres à un peu plus de Rs 2 milliards alors que jusqu’ici le chiffre avancé variant entre Rs 1,2 milliards et Rs 1,4 milliards. Ce développement vient se greffer au bras de fer engagé entre la State Investment Corporation (SIC), société gérant le Swami Vivekananda International Convention Centre à Pailles, et la Road Development Authority (RDA) au sujet des problèmes survenu. La RDA tente à tout prix de «passer la balle » des responsabilités à d’autres dans des cas de catastrophe.
Ainsi, sur un budget de Rs 7,1 milliards dépensées sous le Road Decongestion Programme du 30 juin 2009 au 31 décembre de l’année dernière, la construction de la Ring Road Phase I a nécessité des déboursements de Rs 1,5 milliards et une somme de Rs 36,1 millions pour le contrat de supervision des travaux. Ce projet est le troisième plus important exécuté sous le contrôle de la RDA au cours de cette période en sus de la construction de la route Terre-Rouge/Verdun au coût de Rs 2,8 milliards et de celle de Verdun/Trianon (Rs 1,7 milliards).
Toutefois, un autre document déposé à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale par Anil Bachoo vient compléter le coût global de ces sept kilomètres de Dual Carriage Way, d’un Underpass, de cinq ronds-points et de deux ponts. A ce jour, le gouvernement a déboursé la somme de quelque Rs 525 millions en guise de dédommagements versés aux propriétaires de terrain affectés par le tracé de cette route, qui n’a pas encore été ouverte à la circulation depuis la fin des travaux à la fin de janvier de l’année dernière. De ce fait, le budget de la Ring Road Phase I se monte à un peu plus de Rs 2 milliards à ce jour.
Les indications sont que le coût pourrait augmenter davantage, car dans la majorité des cas de Compulsory Acquisition, les dossiers sont encore en litige devant le Board of Assessment suite à des objections contestant les exercices entrepris par le Valuation Office. 84 cas d’acquisition obligatoire de terrain ont été répertoriés pour la première phase de la Ring Road alors que ces procédures ont été initiées dans 30 autres par le ministère des Terres pour la Ring Road Phase II.
L’exécution des travaux de cette seconde phase est estimée à Rs 10 milliards. Le ministre Bachoo a confirmé l’intention du gouvernement d’aller de l’avant avec ce projet, dont le forage de la montagne des Signaux, en dépit des graves problèmes rencontrés avec la Ring Road Phase I. Le début de ce chantier, dont le but est de contourner les principales artères pour traverser la capitale, est annoncé pour la fin de cette année.
Les principaux paiements
Les principaux paiements pour la Land Acquisition, soit de plus de Rs 10 millions, lors de la première phase de la route circulaire sont les suivants :
Société Sando & Cie pour un montant de Rs 86,8 millions avec l’acquisition de cinq lots, dont la superficie varie entre 50,5 mètres carrés et 19 961 mètres carrés. Ce montant sous la forme d’une Offer of Compensation comprend le paiement des intérêts, alors que l’Assessment of Compensation by Valuation Department était de Rs 83,8 millions Guibies Properties Ltd pour un montant de Rs 50,6 millions pour une superficie de 85 567 mètres carrés avec le dossier encore en suspens devant le Board of Assement et des intérêts payables Decocity Ltd et La-Gagnante Limitée avec un paiement intérimaire de Rs 51,5 millions, y compris les intérêts, pour une superficie de 17 535,8 mètres carrés avec le dossier dans l’attente d’une décision du Board of Assessment avec le Valuation Department proposant Rs 41,6 millions, Subhod Chand Roy avec un paiement intérimaire de Rs 39,8 millions pour une superficie de 23 022,31 mètres carrés. Cas soumis au Board of Assessment car l’évaluation officielle est de Rs 32,8 millions.
Les Conifères Limited avec un montant évalué par le Valuation Office de Rs 29,2 millions pour une superficie de 12 821 mètres carrés avec un paiement intérimaire accepté en attendant le Board of Assessment Société du Katover avec un paiement de Rs 19,5 millions, intérêts compris pour une superficie de 4 220,87 mètres carrés Decocity Ltd et La-Gagnante Limitée avec un paiement intérimaire de Rs 14,4 millions pour une superficie de 9 821,20 mètres avec l’évaluation officielle de Rs 11,6 millions contestée devant le Board of Assessment et Société du Bengali avec un paiement de Rs 14,9 millions, y compris intérêts pour une superficie de 3 224,20 mètres carrés.
Graves allégations de favoritisme
Toujours en ce qui concerne les procédures d’acquisition obligatoire de terrain, des propriétaires affectés par le tracé du Petit-Camp/Valentina Link sont très remontés contre l’exercice d’évaluation entrepris, qui remonte à 2011. A cet effet, de graves allégations de favoritisme sont évoquées par des habitants frustrés, qui citent volontiers des noms de personnalités avec des connexions au plus haut niveau.
Lors des contestations des évaluations, certains des propriétaires fonciers se sont vu dire « mette to prix » avec d’autres tout simplement pénalisés. Suite à des protestations des habitants, la route entre Bagatelle et Valentina a été réalignée, car un procès avait même été logé en Cour suprême. Ce fait est reconnu dans une correspondance officielle émanant de l’Attorney General’s Office en date du 28 mars 2013.
« The owners challenged the legality of the acquisition and the case was heard by the Supreme Court before the Chief Justice and Justice Balancy », souligne la correspondence portant la reference CSA/SC/293/11 en ajoutant que « the compensation offered by government for the land as at April 2011 is at the rate of Rs 5 000 000 an arpent excluding injurious affection. In September 2013, the compensation offered was at the rate of Rs 10 000 000 an arpent. However, the authorized officer is the best person to enlighten the Board on the compensation for each lot ».
D’autre part, d’autres sources remettent en question le dernier ambitieux projet de Graded Separated Junction à Phoenix au coût de Rs 2,4 milliards annoncé par le vice-Premier ministre et ministre de l’Infrastructure, qui avait rejeté tout le blâme de la congestion routière à Valentina sur le dos des habitants.
« There have been requests. There have been propositions made. But one thing is clear. The inhabitants of the region of Valentina when we were offering them an outlet, hardly 300 yards away, refused the offer. Now, it is practically impossible for me to open it up. If I do it, the southbound vehicular movement will be completely blocked and that will be blocked for 40 to 50 minutes », a répondu le ministre Bachoo au député Showkutally Soodhun, qui avait fait un plaidoyer en faveur de ces habitants.