Le ton était donné dans notre édition de dimanche dernier lorsque le président du Comité Olympique Mauricien (COM), Philippe Hao Thyn Voon, évoquait à Week-End le comportement « pas très sportif » de Josian Valère depuis son arrivée au Village des Jeux à Rio, le 28 juillet dernier. Le journaliste de la MBC, également membre du Comité Directeur du COM, a finalement été expulsé de ce village le 8 août 2016 pour n’avoir pas respecté le code de conduite que toute la délégation a signé en prélude du départ pour le Brésil. Les raisons de son expulsion, selon le COM, sont une absence de discipline au sein du groupe?et une tentative de provoquer une mutinerie parmi les athlètes mauriciens. Le motif étant que ces derniers ont reçu un per diem de USD 200 pour ces Jeux olympiques alors que les dirigeants en ont obtenu USD 400 pour le déplacement à Rio.
Que s’est-il vraiment passé à Rio le week-end dernier pour que la Chef de Mission du Club Maurice, Aarti Gulrajani, décide de couper court avec Josian Valère en annulant son accréditation, qui lui donnait accès au Village des Jeux et aux sites de compétition?? Une décision qui a été accompagnée d’un choix du COM d’acheter un nouveau billet d’avion Rio-Dubai-Maurice pour le journaliste de la MBC.
« Unhealthy atmosphere among the delegation »
Les premières explications de Josian Valère — publiées par un confrère, qui a un envoyé spécial à Rio — sont que les boxeurs n’avaient pas de chaussures pour s’entraîner. En outre, Josian Valère affirme n’avoir pas vu les Rs 40 000 attribuées à la judokate Christiane Legentil par le COM? et dénonce que les athlètes n’ont pas reçu le même per diem que les dirigeants. Enfin, il accuse le COM de l’avoir habillé comme un clown avec des survêtements trop grands pour sa taille. Sans doute faudra-t-il de nouveau organiser un débat sur les allocations financières accordées aux athlètes lors de leurs déplacements pour des compétitions à l’étranger. Mais le forum qu’a choisi Josian Valère pour dénoncer les per diem que reçoivent les athlètes a provoqué ce que la Chef de Mission considère comme une « unhealthy atmosphere among the delegation ». Il ne s’est pas comporté comme un dirigeant responsable.
En toile de fond de cette affaire et celle de son évincement comme président de la Fédération mauricienne de Judo, un dénominateur commun : l’argent. Selon nos recoupements, seul le boxeur Merven Clair avait un problème avec ses training shoes à son arrivée à Rio. Il est vrai qu’on lui a demandé d’attendre l’arrivée de Judex Basil, l’entraîneur mauricien qui avait en sa possession tous les équipements techniques des deux boxeurs. Mais entre-temps, la Chef de mission a pu trouver une autre paire de chaussures pour Mervin Clair.
S’agissant des survêtements de Josian Valère, des sources affirment qu’ils les avaient en sa possession avant son départ de Maurice mais qu’il n’a pas jugé bon de les essayer avant de prendre l’avion pour le Brésil.
Selon nos informations, l’origine du problème résiderait dans les Rs 40 000 attribuées à Christiane Legentil par le COM pour sa préparation et ses équipements techniques. Josian Valère aurait voulu les avoir en possession avant de quitter Maurice pour Rio. En effet, la veille, il s’était déplacé dans les locaux du COM à Port-Louis pour qu’un chèque soit tiré en son nom, soutenant qu’il n’avait pas accès aux comptes de la Fédération mauricienne de Judo. Une demande à laquelle le président du COM, Philippe Hao Thyn Voon, a refusé d’agréer puisque l’instance olympique ne peut émettre de chèque personnel.
Quatre kimonos
pour Rs 40 000
ou Rs 9 000
Dans les milieux concernés, on avance que Josian Valère avait, entre autres, expliqué sa démarche du fait qu’il devait acheter quatre kimonos — deux blancs et deux bleus — pour Christiane Legentil chez City Sports, pour la somme de Rs 40 000. Le COM lui a alors demandé de leur faire transmettre la facture de City Sports et le paiement nécessaire sera fait. Une proposition qu’aurait déclinée Josian Valère, dit-on. Et face à cette situation, le COM a demandé à l’entraîneur Florian Velici d’acheter les kimonos de Christiane Legentil et qu’il sera remboursé à la présentation de sa facture. Chose qui fut faite, Florian Vélichi présentant une facture de 215 euros, soit… seulement environ Rs 9 000.
Par ailleurs à Rio, Josian Valère, disent certains, n’a pas cherché à aider à l’installation des athlètes dans le village, bien qu’il ait été parmi les premiers à y être arrivé et que son accréditation le portait au rang d’« Administrative Personal ». Du 28 au 30 juillet, Josian Valère n’avait pas été présent au Village des Jeux la nuit. Le 1er août, il avait passé toute la journée dans sa chambre. Josian Valère s’est ensuite plaint de la qualité de ses habits officiels qui lui ont été remis, de même que ses chaussures. Le 2 août profitant de la présence de Kennedy St Pierre et de Merven Clair dans le bloc administratif en présence de la Chef de Mission, Josian Valère a évoqué la question des USD 200 de per diem alloués aux athlètes, alors que les dirigeants ont obtenu USD 400. Il devait même revenir sur les Rs 40 000 mentionnées plus haut, insistant auprès de la Chef de Mission que « si ti donn mwa Rs 40 000, mo ti ava donn sa Christiane (Legentil) ».
Le 4 août lors du lever de drapeau de Maurice, Josian Valère s’est présenté avec le bas de son survêtement retourné jusqu’aux genoux. Lorsqu’on lui a demandé de se conformer aux règles, il a tout bonnement disparu.
Cela a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et le 5 août, journée de la cérémonie d’ouverture des Jeux, Josian Valère devait recevoir une Warning Letter signée par Aarti Gulrajani, lui demandant de se ressaisir. Après avoir lu la lettre, il refusa de signer l’avis de réception. Ne voyant aucun changement dans son comportement, la Chef de Délégation a donné les instructions pour annuler son accréditation le 8 août. Dans la foulée, Josian Valère a reçu un billet d’avion Rio-Dubaï-Maurice pour le 9 août et l’annulation de son accréditation prévue pour le 8 août 2016 à 22h. Cependant, deux heures après avoir reçu son billet d’avion, Josian Valère devait annoncer la perte de son passeport. Le même jour il a fait une déclaration à la police de Rio et a changé son plan de vol pour le 12 août, soit hier, avec pour l’heure un document de voyage inconnu. Ce n’est que vendredi qu’il a récupéré ses bagages au Village des Jeux et a pris l’avion pour Maurice.
Même s’ils n’avaient pas eu de problème, Josian Valère devait quitter Rio en compagnie de Pooran Bhollah et Yusouf Bayjou le 11 août, via São Paulo et Johannesburg. Non seulement est-il resté quelque 48h de plus à Rio que prévu, mais son voyage de retour s’est déroulé dans des conditions plus optimales via Dubaï, selon nos sources.