Également présent à l’occasion du séminaire des secrétaires généraux de l’ACNOA, le Mauricien Jeewajee Isram, Senior Manager à la Fédération internationale des associations d’athlétisme (IAAF) « depuis bientôt 20 ans. » C’est surtout la perspective d’attribution de bourses aux sportifs africains en vue des Jeux de Rio 2016 qui l’a conduit à Maurice, affirme-t-il.
La plupart des bourses seront « en grande partie destinées à l’athlétisme, qui représente pour chaque pays la discipline où il existe des chances d’avoir plus de qualifiés déjà par rapport à l’attribution de deux invitations. »
« Pour Rio 2016, I’IAAF a demandé que chaque fédération ait au moins un athlète qualifié à travers les minima B. C’est pourquoi elle demande au Comité nationaux olympique d’appuyer davantage la fédération d’athlétisme de leur pays », soutient Jeewajee Isram, responsable des 212 fédérations membres de l’IAAF.
À l’image du Centre international d’athlétisme de Maurice, il rappelle aussi que la plupart des fédérations d’athlétisme bénéficient de bourses de la Solidarité olympique dans les Centres d’entraînement de haut niveau. « Les conditions de préparation y sont meilleures. Mais s’il existe dans chaque Comité nationaux olympique un plus grand nombre de boursiers en athlétisme, c’est parce qu’il constitue le sport universel. »
Cette année, l’IAAF s’apprête à célébrer son centenaire prévu les 23 et 24 octobre à Barcelone à travers son traditionnel gala de fin d’année. Les meilleurs athlètes masculins et féminins de l’année y seront plébiscités par la même occasion.
« Pour l’heure, on se concentre sur le bilan de l’année et ici à Maurice sur l’ébauche d’un programme quadriennal en vue de Rio 2016, car pas mal de bourses olympiques sont en jeu. »