La Une de la première édition du Mauricien du 27 décembre 1979 après le passage du cyclone Claudette dans la nuit du 22 au 23 décembre

Si l’activité cyclonique monte en puissance durant le mois de décembre, il en est de même pour le risque cyclonique sur les zones habitées du bassin sud-ouest de l’océan Indien. Pratiquement toutes les terres habitées du bassin ont déjà été impactées directement ou indirectement durant le mois de décembre au cours des 40 dernières années. En cette période de l’année, l’isotherme 26,5°C a déjà englobé toutes les îles du bassin, y compris les Mascareignes. À partir de là, plus personne n’est protégé, en théorie.

Les Mascareignes

La dernière menace sérieuse pour une des îles habitées des Mascareignes fut le cyclone tropical intense Amara, qui était passé à proximité immédiate des côtes est de Rodrigues le 21 décembre 2013. À la faveur d’un changement de cap salvateur, l’île avait évité de justesse des conditions cycloniques, qui auraient pu être terribles, étant donné l’intensité du phénomène au moment du passage au plus près. De plus, Rodrigues s’est retrouvée dans le demi-cercle le moins dangereux. L’île Maurice fut quant à elle visitée quatre fois depuis la saison 1978/1979 au cours du mois de décembre, ce qui n’est pas rien. Si les effets du cyclone Crystal furent limités en décembre 2002, les choses ont été nettement plus compliquées avec les cyclones Danielle le 8 décembre 1996 et Bakoly le 25 décembre 1983.

Claudette avait laissé
un lourd bilan sur son passage comme le témoignent ces extraits
du Mauricien d’alors.

Mais le pire est incontestablement Claudette, qui avait frappé avec violence le 22 décembre 1979, marquant à tout jamais les Mauriciens. La Réunion est la plus chanceuse des trois, dans la mesure où elle n’a eu affaire qu’à Danielle en 1996. Et encore, l’impact fut limité puisque le cyclone, après avoir été une menace sérieuse pour l’île, avait changé de cap in extremis pour finalement intéresser plus directement Maurice.

Agalega et Madagascar

Si nous avons mis ces deux territoires ensemble, c’est que leurs destins cycloniques ont souvent été liés durant le mois de décembre. Tous les deux ont eu à subir le cyclone tropical intense Bondo et le cyclone tropical très intense Andry. Ces deux monstres de puissance ont suivi une trajectoire en début de parcours de type zonal (ouest) en restant quasiment sur la même latitude. Résultat, Agalega était frappée en première, puis Madagascar. Agalega fut totalement sinistrée par Andry, le pire cyclone depuis Danae, qui lui aussi (hasard de l’histoire) avait impacté Agalega puis Madagascar.

(Sourc Cycloneoi.com/archives)