L’United Nations Environment Programme (UNEP) financera au coût de 10 000 dollars la mise en place de la phase 2 du Centre d’échanges pour la prévention des risques biotechnologiques sous le Protocole de Cartagena pour la prévention des risques biotechnologiques à Maurice. Ce centre est un mécanisme spécifique mis en place à l’initiative du ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire. Son objectif est de faciliter les échanges d’informations sur les organismes vivants modifiés et d’aider les parties concernées par la Convention sur la biodiversité à mieux se conformer à leurs obligations en vertu du protocole.
Selon le ministère, le Protocole de Cartagena vise à protéger la biodiversité contre les risques potentiels posés par des organismes vivants modifiés résultant de la biotechnologie moderne. Sous la phase 1 du projet, les techniciens du ministère ont été formés, entre autres, sur les dispositions, les obligations des parties aux échanges d’informations et le partage des obligations découlant du protocole.