Revenant sur les précédents budgets présentés par le présent gouvernement, le député du PTr Ritesh Ramful a relevé le nombre de projets non concrétisés. Il a souligné que Vishnu Lutchmeenaraidoo avait promis une croissance de 5,8% pour 2015-2016, alors qu’en réalité, « celle-ci s’est limitée à 3,2% ».
Ritesh Ramful, qui a parlé des projets non concrétisés suite à la présentation des précédents budgets par le présent gouvernement, a cité la SME Bank et le projet de « nation d’entrepreneur » ainsi que le Plan Marshall contre la pauvreté. « Ce même ministre des Finances au sein du même gouvernement avait critiqué la nation “zougader” pour ensuite accorder 10 permis pour les paris », a-t-il déploré. Ce qui le pousse à dire que le gouvernement est en train de « rouler les gens dans la farine une nouvelle fois ». Il souligne également que Vishnu Lutchmeenaraidoo avait promis une croissance de 5,8% pour 2015-2016 mais que « celle-ci s’est limitée à 3,2% ». Et d’ajouter : « Quant à Pravind Jugnauth, il avait promis l’année dernière deux SME Parks, mais rien n’a été fait. » Idem, poursuit le député, pour le Rose-Belle Business Park.
Ritesh Ramful a également accentué sur la dette publique et privée ainsi que sur l’investissement étranger. Selon lui, il « fallait prendre des mesures » pour répondre aux problèmes du secteur financier. Il estime que le gouvernement « ne donne pas le bon signal à ce sujet et met en péril l’emploi de nombreux Mauriciens ». Le chômage, dit-il, « est également préoccupant ». À ce titre, il dit regretter « l’absence de solutions pour le chômage des jeunes et des femmes » et dénonce « le manque de transparence » autour du Youth Empowerment Programme.
Ritesh Ramful s’est également dit « préoccupé » par le prix de la bagasse aux petits planteurs. Il a invité le gouvernement à négocier un accord en faveur des petits planteurs aux Independent Power Producers.
Le député du PTr a également demandé que la lumière soit faite sur l’affaire Betamax, souhaitant savoir, entre autres, si le Sollicitor General et l’Attorney General avaient donné un avis défavorable sur la résiliation de ce contrat. Concernant le Negative Income Tax, il est d’avis que la mesure « est contraire » au principe du Minimum Wage, se demandant ainsi si ce projet sera concrétisé.