Le leader du Mouvement socialiste militant (MSM), Pravind Jugnauth, dit ne pas avoir confiance en l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) et aussi en la police que le pouvoir utilise « pou intimid dimounn ». Il intervenait devant quelques centaines de ses partisans réunis lors d’un congrès au collège Universal, à Rivière-du-Rempart, hier soir. Mme Pratibha Bholah a, elle, affirmé qu’on lui a offert un poste ministériel, après le départ du MSM du gouvernement, qu’elle a refusé tandis que Prem Koonjoo a fait le procès des Ramgoolam — de père en fils.
« J’ai confiance dans le judiciaire car il représente le dernier rempart contre Navin Ramgoolam », a lancé M. Jugnauth, en rappelant la décision de la Cour de rejeter la demande de la police concernant le président du MSM, Showkutally Soodhun. Il a aussi rappelé avoir saisi la Cour suprême s’agissant des délibérations du conseil des ministres qui sont, selon lui, des preuves de son innocence dans l’affaire MedPoint. « Je pose la question à Navin Ramgoolam : ki sannla ki finn pran desizion pou favoriz MedPoint ? Repon sa lepep la », a lancé le leader du MSM à l’adresse du Premier ministre. Il a soutenu que deux décisions ont été prises au conseil des ministres concernant l’achat d’un hôpital gériatrique mais qu’il ne peut en parler sous peine de commettre un délit. « Be, Navin Ramgoolam, donn mwa lotorizasyo, papa. Si to enn demokrat, donn mwa lotorizasyon mo rakont seki finn pase dan konsey minis », a-t-il lancé.
Faisant l’historique de cette affaire, il a affirmé avoir encore beaucoup à dire à l’ICAC. « J’ai des preuves à leur montrer concernant les délits commis par Rashid Beebeejaun et Rajesh Jeetah », a-t-il avancé. Et de soutenir clairement que l’appel d’offres concernant l’achat de la clinique MedPoint a été taillé sur mesure. « Finn favoriz Medpoint, sa zot pa trouve », a-t-il fait ressortir. Au sujet du député et PPS, Dhiraj Khamajeet, M. Jugnauth a soutenu que ce dernier a commis un délit « me avan mem ki ICAC apel li, Navin Ramgoolam fini defann li. Pou zot pena lapolis. Ena zistis a de vites dan sa pei-la. Aster pe interoz zournalis la, kouma dir li mem sispe alor ki Khamajeet finn rekonet so bann propo. » S’agissant du MSM, son leader a affirmé que le parti se trouve dans l’opposition et « mo pou fer mo travay lopozisyon, pena naryen ki pou dekouraz mwa. Letan li zoue enn gran rol sa. Bizin ena patians. »
L’autre orateur à ce congrès, Prem Koonjoo, a, lui, fait le procès de Sir Seewoosagur Ramgoolam, qui, a-t-il rappelé, avait renvoyé les élections municipales et législatives. « Oui, SSR a amené l’indépendance du pays mais il a aussi amené la ruine économique. Si li ti fer bon travay, eski li ti pou gayn bate an 1982 kan pei la ti a zenou ? », s’est-il interrogé, avant de rappeler avoir été l’adversaire de SSR à deux reprises et deux autres fois contre Navin Ramgoolam. « Si bizin mo pou relager kont li. » M. Koonjoo a déclaré par ailleurs que le Parti travailliste a toujours dirigé le pays avec des transfuges. Il le fait à nouveau, a indiqué l’intervenant, qui a réclamé la vérité sur les délibérations du conseil des ministres. « Ramgoolam est un grand défenseur des institutions. Ki sekre ena dan konsey minis ? Donn la verite », a-t-il lancé, à l’adresse du Premier ministre.
Pour sa part, la présidente du jour, la députée Pratibha Bholah, a fait une longue intervention pour raconter « les misères que lui ont fait les deux autres élus de la circonscription no 7 — en l’occurrence, le ministre Deva Virahsawmy et le député Balkissoon Hookoom. » Par ailleurs, elle a soutenu : « Des tapeurs sont venus m’intimider sur mon lieu de travail mais je ne cesserai de vous servir. Je ne serai jamais intimidée par eux ».
———————————————————————————————————————————
Pratibha Bholah: « Je reste fidèle au MSM »
Interrogée ce matin, quant à son avenir politique et au sujet des rumeurs qui circulent selon lesquelles elle changerait de camp, Mme Bholah a confié au Mauricien qu’elle jure « fidélité à son parti et à son leader, Pravind Jugnauth. » « Je suis une femme de valeur et courageuse. Je ne fuis pas la maison lorsqu’il y a des difficultés. J’ai un bilan très riche, je ne laisserai pas tomber mes mandants », a-t-elle déclaré. S’agissant de sa présence à des fonctions officielles où elle a rencontré le Premier ministre, Navin Ramgoolam, elle répond : « Je reçois des invitations de l’État en tant que députée. Je ne peux les refuser car c’est l’État qui m’invite. Pa ve dir nou bizin koup tou kontak kouma dir noun vinn lenmi. »