Le Parti travailliste (PTr) a tenu hier un congrès à Rivière-des-Anguilles, dans la circonscription No 13. Le leader, Navin Ramgoolam, a axé la majeure partie de son discours au traité fiscal (DTAA) avec l’Inde. Il a qualifié Roshi Bhadain d’amateur pour avoir accepté ce que d’autres ministres des Finances ont refusé ces dernières années. Il est également revenu sur les « scandales » ayant secoué le gouvernement, invitant ses partisans à se mobiliser. Toutefois, l’attraction principale à Rivière-des-Anguilles hier soir était Dhanrajsingh Aubeeluck, leader du Parti Malin, venu réclamer le retour de l’ancien gouvernement.
Pour Navin Ramgoolam, le pays va tout droit vers un naufrage économique. Il est revenu longuement sur le DTAA, arguant que le Premier ministre aurait dû s’occuper de ce dossier personnellement au lieu de le confier ce à Roshi Bhadain. « Moi, j’ai toujours insisté pour que ce soient les deux Premier ministres qui en discutent car c’est une question de relations entre deux pays ». Il a aussi expliqué pourquoi son gouvernement n’avait jamais cédé sur cet accord que l’Inde voulait introduire depuis longtemps.
Avec ce nouvel accord, a poursuivi Navin Ramgoolam, le secteur offshore va souffrir. « Tous nos jeunes qui ont fait de nombreux sacrifices dans leurs études et qui travaillent dans ce secteur risquent aujourd’hui de perdre leur emploi ». Il a accusé le gouvernement d’avoir « cédé à la tentation de l’argent » qu’offrait l’Inde, alors que lui-même avait déjà refusé cet argent. « Ce gouvernement est en train de tuer un secteur en pleine croissance pour investir dans le béton. Quel travail y aura-t-il dans Heritage City ? » s’est-il demandé. Il a ajouté que selon des professionnels avec qui il a discuté, un tel projet « coûterait dans les Rs 15 milliards. Pourquoi Bhadain dit qu’il faudrait Rs 59 milliards ? »
Le leader du PTr est également revenu sur les différents scandales ayant secoué le gouvernement et a accusé le Premier ministre de tolérer les écarts de ses ministres. Il a aussi critiqué le GM pour avoir annulé certains projets de son gouvernement comme le métro léger et la carte d’identité, pour ensuite relancer les mêmes projets.
Anil Baichoo est lui aussi revenu sur le métro léger, accusant le gouvernement d’avoir « bloqué le projet ». Il a ajouté que le gouvernement a eu « malédiction lepep » et qu’il n’ira pas au bout de son mandat.
De son côté, Arvin Boolell a invité les partisans à se mobiliser pour les élections anticipées. Il leur a demandé de ne pas rester les bras croisés et de se rendre aux Citizen Advice Bureau pour réclamer de l’emploi.