Anil Boodhoo, un pêcheur de 38 ans, habitant Rivière des Créoles, a récupéré, hier matin à 7h30, un animal à fourrure, échoué sur des rochers à Pointe Brocus à proximité de Grand-Port. “C’est bien la première fois que j’en vois en de mes propres yeux. J’ai pris du temps avant de l’approcher et j’ai ensuite décidé de le ramener à la maison et ensuite d’alerter les autorités. Je voulais lui donner une chance pour survivre”, dit-il, à Week-End.
L’animal a attisé la curiosité de plus d’un dans le petit village de Rivière-des-Créoles à tel point qu’un habitant a alerté, la National Coast Guard (NCG) de Mahébourg.
A la demande de Week-End, la vice-présidente du Mauritius Marine Conservation Society (MMCS), Jacqueline Sauzier a identifié l’animal comme étant probablement une “otarie à fourrure des îles Kerguelens,de  l’Antartique à cause de la couleur du pelage mais aussi à cause de ses petites oreilles.”
Elle rappelle que ce n’est pas la première qu’une otarie s’approche de nos côtes. Selon elle, la jeune otarie, a sans doute voulu se reposer d’où sa présence sur les rochers.
Contacté par téléphone, un officier de la NCG de Mahébourg a confirmé que l’animal a été relâché, peu de temps après 11 h, en haute mer sur ordre du Head Office.
Jacqueline Sauzier conseille de manière générale de ne “jamais essayer de capturer un animal qu’on ne connait pas.” D’une part, nous n’aurions absolument rien pour le nourrir et d’autre part, il ne survivra pas. Elle rappelle, par ailleurs, que la loi interdit à quiconque de capturer des mammifères marins et que ces animaux sont sauvage et que sous cet aspect d’ange ils peuvent être très dangereux comme avoir des dents coupantes, mais aussi être porteurs de maladies (virus et bactéries) qui peuvent être transmises à l’homme.