L’ancien ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo, pressenti pour être candidat de l’Alliance Lepep dans la circonscription n° 7 (Piton-Rivière du Rempart) aux prochaines élections générales aux côtés de sir Anerood Jugnauth et de Ravi Rutnah, a fait forte impression, hier soir, lors d’une réunion d’activistes au collège Universal, à Rivière du Rempart. Il a soutenu qu’à cause de son arrogance, l’alliance Ptr-MMM se prend pour être trop fort « me David pou fini Goliath, non pa parski nou dir nou for, me parski rezilta la done par lepep. » Et ce, avant de demander à la population de préparer leur « rotin bazar » en vue de « botter » les rouges et les mauves hors du gouvernement.
Selon Vishnu Lutchmeenaraidoo, le seul leader à pouvoir sauver le pays du trou dans lequel il se trouve est sir Anerood Jugnauth. « Notre pays se trouve à la croisée des chemins, l’un menant au cimetière et l’autre vers le développement. Si Anerood et moi, nous avons pu passer l’étape de 1983 à 1995 qui était une période très difficile, nous pouvons le faire à nouveau. Ils disent que nous devons faire de la magie, mais c’est vrai, nous avons toujours fait de la magie », a-t-il lancé, avant de donner la garantie à la population que l’Alliance Lepep va porter la pension de vieillesse à Rs 5000 mensuellement « san okenn taks ». A ce stade, il a rappelé avoir présenté quatre « no-tax budgets » avant 1995 et nié avoir fait des promesses sans les tenir.
Selon l’ancien ministre des Finances, un gouvernement ne peut ignorer les jeunes qui étudient dur pour obtenir leurs diplômes, et ensuite se retrouver sans emploi. « S’ils ont des idées, s’ils sont intelligents, nous devons financer leurs projets », a-t-il déclaré. Et celui-ci de rappeler avoir introduit un scheme de prêts sans garantie pour les jeunes qui grouillaient d’idées d’entrepreneuriat. « Environ 20,000 jeunes avaient emprunté de l’argent mais 7 sur 10 n’avaient pu rembourser leurs prêts. Nous avons semé les graines qui ont porté leurs fruits plus tard », a-t-il laissé entendre.
Pour sa part, sir Anerood Jugnauth a affirmé que sans lui comme Premier ministre en 1982, l’Etat-Providence aurait été aboli par la Banque mondiale. « Tou saki apel gratis la kouma lasante ek ledikasyon, pa ti pou gayne », a-t-il fait ressortir. Et l’ancien Premier ministre d’ajouter que s’il n’avait pas aboli la pension de vieillesse en 1982 « alors que le pays était en situation de banqueroute, azordi mo pou tir li. » « Lorsque je parle de l’augmenter, ils demandent où je vais trouver de l’argent pour le faire », a-t-il déclaré, avant d’indiquer qu’il compte s’attaquer aux gaspillages de fonds publics dès son arrivée au pouvoir afin d’être en mesure de financer l’augmentation de la pension qu’il propose.
Sir Anerood a, par ailleurs, nié avoir insulté les communautés musulmane et créole alors qu’il était chef du gouvernement. Il a souligné avoir qualifié d’insanités, non pas le Koran, mais les propos écrits par le colonel Khadafi dans un livre qu’il faisait distribuer à Maurice. S’agissant des Créoles, SAJ a dit avoir traité de « lespri diabolik » quelques personnes qui avaient saisi la Cour suprême pour empêcher que les langues orientales n’accèdent au même statut que les langues européennes à Maurice « et non pas la communauté créole ».
Le troisième candidat de l’Alliance Lepep dans la circonscription n° 7, Ravi Rutnah, ainsi que Ravi Yerrigadoo, ont également pris la parole à cette réunion présidée par Prakash Maunthoorah.