L’AS Rivière du Rempart (ASRR) demeure une formation complexe. Avec certains joueurs proches de la retraite, l’équipe nordiste arrive malgré tout à surprendre ses adversaires avec les moyens du bord. Sixième la saison dernière, les joueurs de Tony François espèrent un meilleur classement à l’issue de la prochaine saison.
L’ASRR est une formation difficile à manier. Bien qu’ils ne pratiquent pas un football de grande qualité, les coéquipiers de Nicolas Doro réalisent souvent des résultats surprenants et ce, aux dépens des adversaires bien mieux cotés. Avec la professionnalisation, il se trouve que les choses se sont améliorées au niveau de l’organisation de l’équipe. Mais la formation nordiste reste toutefois privée d’un terrain fixe et digne de ce nom pour effectuer ses entraînements.
Considérée comme un outsider, l’ASRR veut montrer cette saison qu’elle peut jouer un rôle majeur en championnat. « Nous avons retenu presque tous nos éléments. Nous en avons accueilli d’autres afin d’avoir un effectif plus compétitif. Hormis le problème de terrain, je peux dire que nous sommes soudés et prêts à aller jusqu’au bout de ce championnat », fait ressortir l’entraîneur-joueur de l’ASRR.
L’objectif du groupe est de monter sur le podium. Certains pourront dire que l’ASRR n’a pas les moyens de ses ambitions, mais avec une volonté de fer, l’état-major estime qu’un tel objectif peut être réalisé. « Nous avons confiance en nos joueurs. Même si nos éléments ne sont pas parmi les meilleurs de l’île, nous avons des joueurs décisifs et je suis certain que nous ferons une meilleure prestation que la saison dernière », souligne Tony François.
Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est Sewram Gobin qui a décroché le titre de meilleur artilleur ces deux dernières saisons. Il reste un atout pour son équipe et il est souvent décisif quand le besoin se fait sentir. « Nous avons des joueurs âgés, mais ils possèdent l’expérience nécessaire et peuvent faire la différence dans les moments cruciaux. Maintenant, notre préoccupation est de bâtir une équipe encore plus compétitive en alliant nos éléments expérimentés et les jeunes », indique-t-il.
À en croire Tony François, l’ASRR veut se départir de sa réputation d’équipe erratique. Une plus grande régularité lui permettra de rééditer sa performance de 2012, où elle avait disputé pour la première fois de son histoire une finale de coupe, celle de la Republic Cup.