Le Road Decongestion Programme, nécessitant des investissements de l’ordre de Rs 30 milliards et l’introduction du péage sur les principaux axes routiers et la construction du Dream Bridge à Maurice, se présente comme un mort-né. Déjà, les négociations ouvertes par le Central Procurement Board (CPB),  avec le most preferred bidder, l’Aveng Group d’Afrique du Sud en partenariat avec Bouygues Travaux Publics S. A., ne sont pas encore bouclées. Mais un nouveau développement intervenu au cours de la semaine écoulée en Afrique du Sud risque de compromettre tout démarrage de cet ambitieux projet dans le domaine routier.
En effet, le Groupe Aveng a été mis à l’amende par le Competition Tribunal d’Afrique du Sud sous la Competition Act pour des pratiques illégales de cartellisation. Ce groupe international dans le domaine de la construction a été pris en flagrant délit de contract rigging lors de l’octroi des travaux en marge de la Coupe du monde de football 2010. L’amende imposée par les autorités sud-africaines est de $ 30 millions . Le Groupe Aveng fait partie de 15 firmes de construction mises à l’amende.
Cette sanction sévère imposée par le Competition Tribunal d’Afrique du Sud après négociations vient complètement modifier la donne pour le Road Decongestuion Programme à être exécuté sous l’égide du ministère des Infrastructures publiques.  Dans une correspondance officielle adressée au chairman du Central Procurement Board en date du 23 octobre 2012, Aveng Group affirmait solennellement n’avoir jamais enfreint des lois de procurement à Maurice ou à l’étranger. “Aveng Group have not been found guilty in a court of law of fraud or corruption related crimes and no attempt has been made or will be made to engage in any corrupt act”, avaient soutenu les responsables d’Aveng Concessions.
Cet engagement fait partie de la Best and Final Offer (BAFO) soumise par les contracteurs pour le projet de péage. Dans cette même correspondance, Aveng Group avait accepté l’offre de participation de 18,5% au sein de tout special purpose vehicle pour la réalisation de ce projet. “Aveng Group agree to be a shareholder in any SPV established by the BAFO respondent in the following proportion and amount 18,5% and MUR 1 433 531 497 equivalent plus 10% of that amount as standy equity”, avaient-ils également accepté.
Avec la condamnation du Groupe Aveng en Afrique du Sud pour pratiques illégales, l’engagement du 23 octobre 2012 devient également caduc. Mais le problèlme du Road Decongestion Programme se corse puisque l’autre soumissionnaire non-retenu, le Group Five, est également cité dans cette affaire de corruption, sauf que le Group Five a rejeté la propositiionn d’arrangement du Competition Trubunal, préférant aller se battre devant les instances judiciares appropriées.
En tout cas, pour le momenrt, le projet de péage, comprenant notamment la construction du Dream Bridge enjambant le port, connaît un faux départ avec des risques de disqualification…