La situation est actuellement très confuse pour les “General Workers” de la Road Development Authority (RDA). Lors d’un récent exercice de recrutement en interne, une centaine d’entre eux ont été confirmés comme employés permanents, tandis que 200 autres sont restés à quai.

Ils ont milité pour que leur situation soit régularisée. Toutefois, après plus de dix ans d’attente, une partie d’entre eux seulement ont été confirmés. Dans certains cas, l’offre de la RDA ne correspond même pas au travail qu’ils faisaient habituellement. D’autres n’ont pas de responsabilités fixes. Un jour, ils peuvent être appelés à travailler comme peintres et plus tard, être affectés au nettoyage… C’est ce qu’ont témoigné ces ouvriers de la RDA, qui se disent déçus et réclament de la transparence dans cet exercice.

Pour Radakrishna Sadien de la Government Services Employees Association, l’exercice de recrutement n’a pas été réalisé dans des conditions appropriées. « On ne sait comment les circulaires ont été distribuées car certains n’étaient même pas au courant et n’ont donc pas fait de demande. Qui plus est, ces personnes ont travaillé dans des conditions difficiles, avec parfois, des allocations aussi basses que Rs 20 par jour, dans l’espoir d’être confirmés. »

Il condamne également la « tactique » d’attendre après le budget pour cet exercice. « Ainsi, on viendra dire que pour en recruter d’autres, il faudra attendre le prochain budget. » Il lance ainsi un appel à la direction de la RDA et au ministre des Infrastructures publiques pour qu’ils règlent cette situation. « Nous ne prenons pas cette affaire à la légère. Il faut de la transparence. Comment peut-on dire à quelqu’un qui a fait un travail pendant 12 ans qu’il est maintenant sur la liste d’attente ? »

Rada Krishna Sadien prévient que si rien n’est fait, une manifestation sera organisée devant les locaux de la RDA et des Infrastructures publiques. Le recours au tribunal n’est pas à écarter non plus. Il fait également ressortir que si ces 200 travailleurs sont sous “actingship”, cela veut dire que la RDA a besoin d’eux.

Ce dernier demande au ministre des Infrastructures publiques d’intervenir sur ce dossier et de « mettre de l’ordre » à la RDA. Il rappelle également qu’en deux occasions, cet organisme parapublic avait lancé un exercice de recrutement qui a, par la suite, été gelé. « Le syndicat a dû faire pression et menacé de manifester pour qu’ils aillent de l’avant avec un nouvel exercice. Or, la manière dont cela a été fait complique davantage la situation et provoque beaucoup de frustrations. »