Robert Desvaux, Chairman de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), commente en ces termes le dernier exercice budgétaire : « Il s’agit d’un budget qui a bien pris en considération les attentes et les demandes de toute l’industrie touristique ! » De plus, ajoute-il, « la semaine dernière, justement, les différents partenaires de l’industrie touristique ont eu une réunion au cours de laquelle nous avons consenti à une croissance de 6,5 % pour l’an prochain, via les différents marchés. Cette croissance semble tout à fait réalisable avec ce présent budget, sauf problème majeur en cours de route ».
Le Chairman de la MTPA aborde d’emblée « la décision de délocaliser les casinos, game houses et autres commerces de ce type. Les enlever des régions résidentielles pour les relocaliser dans les centres commerciaux, par exemple, est une très bonne chose. Ces commerces pourront ainsi demeurer ouverts jusqu’à fort tard, donnant un souffle nouveau au nite-life mauricien ».  Robert Desvaux rappelle qu’il « y a définitivement une demande, surtout de la part des touristes, et un potentiel considérable en ce sens ».
Dans le même souffle, notre interlocuteur explique que durant la semaine écoulée, « tous les différents partenaires de l’industrie touristique, y compris la MTPA, ont eu une réunion dont le but était de finaliser la croissance ciblée pour 2013 sur nos différents marchés. Nous en sommes sortis avec un consensus général d’un taux de 6,5 %. » Le Chairman de la MTPA relève qu’« avec le présent exercice budgétaire, atteindre cette croissance sera certainement possible, à condition qu’il n’y ait pas de changement majeur. De plus, nous sommes confiants que nous allons pouvoir y arriver, tous les partenaires ensemble, tout en maintenant notre réputation de qualité dans la région océan Indien ! » De même, continue notre interlocuteur, « d’ici le 20 décembre, nous aurons finalisé la Road Map, dont la première partie a déjà été achevée ».
La protection et la valorisation de l’artisan et de l’artisanat touchent également Robert Desvaux. « En protégeant l’artisanat local, le budget offre à la destination Maurice de rendre son côté authentique au produit. Valoriser et protéger l’artisan autant que ce qu’il fabrique est très important. En ce faisant, le touriste repart chez lui avec dans ses valises le fameux petit souvenir différent et original, ce petit quelque chose, fabriqué de manière différente, qui n’est pas stéréotypé… »
La « révision du VAT system, continue notre interlocuteur, facilitera certainement, aussi, les commerçants et les aidera à avoir une clientèle plus conséquente ».
S’agissant de la technologie et de la formation, Robert Desvaux est d’avis que « les mesures prises dans le budget ne peuvent que faciliter la visibilité de notre destination ». Je m’explique : « À chaque fois que ces étudiants évoqueront leur pays via les réseaux sociaux, par exemple, cela accordera une visibilité pour Maurice, à l’étranger. Voilà qui représente une exposition très importante ! »
Par ailleurs, note Robert Desvaux, « la décision de renforcer le positionnement de Maurice via les vols directs sur la Chine et la Russie est aussi très importante. Dans le même esprit, réhabiliter le site One Eye au Morne, en matière de Kite Surf, portera ses fruits rapidement, puisque ce site est l’un des meilleurs au monde ! »
Le Chairman de la MTPA conclut sur ce point : « Ce budget tient compte de la qualité et inscrit Maurice dans la durée, tout en respectant l’environnement. L’exercice comprend un grand nombre d’incentives aux différents prestataires touristiques. Cela ne peut qu’aider à refaire de Maurice ce jardin merveilleux que tout le monde, à l’étranger comme dans le pays, affectionne tant ! » Pour ce faire, rappelle Robert Desvaux, « il faut que la population soit aussi partie prenante de ces projets. Les Mauriciens seront à la fois impliqués dans le processus et at the receiving end, car ils en percevront aussi les fruits ».