De Confidences (2010/2012) à Hélène (1989), Roch Voisine fera, le 27 novembre, la rétrospective de ses 26 ans de carrière pour ses fans mauriciens. Une rencontre au J&J Auditorium que le chanteur canadien dit attendre avec une certaine impatience puisqu’il découvrira un autre pays, un autre public. Du Canada, où il s’est entretenu avec Scope la semaine dernière, il affirme être resté dans une logique de renouvellement permanent pour toujours rebondir avec de nouveaux projets et une même philosophie musicale et artistique.  
Quarante-neuf ans, vingt-six ans de carrière, vingt-cinq albums, des millions de fans à travers le monde. Il se porte comment, Monsieur Roch Voisine ? “Ah ! Je dois déjà considérer le fait d’avoir pu faire cela en 25, 26 ans. C’est intense ! Et en plus, lors de notre prochain voyage, nous découvrirons l’Australie, que je n’ai jamais visitée, et ensuite Maurice, où je viens aussi pour la première fois.” Parlons-en justement : “Jusqu’ici, j’ai surtout vu des photos de votre pays et je dois avouer que j’ai hâte d’y être. Ce n’est pas que je n’ai jamais souhaité venir chez vous. Mais l’île Maurice, c’est quand même de l’autre côté du monde. La distance rend les choses compliquées et les tourneurs ne vont pas jusqu’à chez vous.” De ce qui lui en a été dit, Roch Voisine ajoute : “Je comprends que Maurice m’écoute depuis 25 ans. Une fois tous les 25 ans, ce n’est pas de trop. Voilà, j’ai rendez-vous avec vous !”
Sur le sable, les pieds dans l’eau.
Puisque la conversation est lancée, autant parler également de la pluie et du beau temps. Ou plus précisément de l’hiver, qui s’est déjà installé au Canada, d’où il a répondu aux questions de Scope par téléphone la semaine dernière. “Ici, nous en sommes déjà à 4°C, et ce n’est que le début. En février, la température chutera jusqu’à -20°C.” Un peu comme dans le frigo, alors ? “Même le frigo n’en fait pas autant. Vérifiez et vous verrez. Mais j’ai quand même du mal à m’imaginer que vous êtes en été.”
Quelques jours de vacances au soleil ne seraient pas de trop, confie-t-il, convaincu que Maurice peut aussi avoir autre chose à lui offrir. Intéressé de découvrir le pays et ses habitants, Roch Voisine espère de ces derniers, “un accueil à la façon de l’île Maurice. Chaque public est différent, chacun a sa particularité. Je compte bien découvrir celle des Mauriciens.”
Americana.
Toujours la même envie de rencontres et de découvertes. Roch Voisine n’en finit vraiment pas, enchaînant les projets à un rythme effréné. De 2008 à 2011, la trilogie Americana l’a gardé sur les routes à Nashville (États-Unis) pour les enregistrements, en Europe et au Canada pour des concerts. Dans le cadre de ce projet, le chanteur avait opté pour un retour vers un son authentique blues/country, avec des reprises de ses morceaux préférés de la musique américaine, tout en faisant le lien entre la culture francophone et nord-américaine.
Disque d’or, le premier Americana l’avait encouragé à sortir les deux autres opus pour atteindre une vente totale de 1,5 million d’albums. Avant de célébrer ses 25 ans de carrière par un spectacle grandiose, il avait participé, en 2010, à l’album du légendaire Santana, qui avait particulièrement apprécié le travail du Canadien.
Confidences intimes.
De retour au Canada en septembre 2012, Roch Voisine avait choisi un ton plus intimiste pour renouer avec ses compatriotes en réadaptant Confidences (lancé en Europe, deux ans plus tôt) au marché local. Majoritairement écrit et composé par lui-même, l’album l’a replacé au top des ventes et la campagne promotionnelle qui a suivi connaît un vif succès.
C’est dans ce contexte qu’il a décidé de faire un tour dans l’hémisphère sud. Du 20 au 24 novembre, il sera consécutivement à Brisbane, Sydney, Melbourne et Perth, en Australie, juste avant de traverser l’océan Indien pour Maurice.
Intitulée Confidences, sa présente tournée va bien au-delà de son dernier album, confie Roch Voisine à Scope. Le concert qu’il donnera à Maurice célébrera l’ensemble de sa carrière, selon une formule mûrement réfléchie. “C’est une rétrospective de ma carrière, qui va de Confidences à Hélène, en passant par Americana et les autres. Pour cette tournée, je me suis donné comme défi de faire la chronologie inversée, en remontant vers Hélène et en respectant les albums dans le temps. Le défi a été de garder cette séquence pour ce concert.” Un moment spécial qu’il espère partager avec ses fans : “Après Americana, je reviens vers mes “vieilles” chansons. Je suis content d’être de retour avec mes titres.”
Défi de rester.
Une aventure finie, Roch Voisine enchaîne déjà avec une autre, dans un autre esprit et avec une approche différente. C’est sans nul doute sa capacité à toujours se renouveler qui a permis au chanteur de se maintenir dans l’actualité musicale. “Être resté, confie-t-il, c’est déjà pas mal. Cela a quand même été un grand défi qu’il a fallu relever. Le vrai défi, c’est de faire des choses que les gens aiment toujours alors qu’ils évoluent et que la mode change. Le défi, c’est de rester à la mode tout en étant fidèle à soi-même.” Derrière le succès, aucun secret véritable si ce n’est une formule qu’il a toujours appliquée : “Beaucoup de travail et de réflexion.”
De manière plus fondamentale, la longévité de sa carrière et sa capacité à enchaîner les projets s’appuient sur un élément encore plus profond. “La musique est ma passion, et une passion, elle n’a pas de fin. Les idées viennent comme ça. Si je me donne le temps de les concrétiser, c’est parce que j’aime ce que je fais. Cela me fascine toujours après toutes ces années. Je suis plus motivé album après album. Dans la musique, il y a toujours des choses à découvrir. C’est une source intarissable d’idées et d’inspiration.” C’est ainsi que Roch Voisine a construit sa riche carrière.
Hélène.
Le 1er juillet 1986, il a 23 ans quand il effectue son baptême musical en chantant devant 50,000 personnes à Montréal, lors de la Fête du Canada. Aussitôt remarqué, il enchaîne les apparitions et devient animateur télé. En 1989, il tient le rôle principal d’une série. C’est en juin de la même année qu’il lance son premier album, Hélène. Le souvenir de cette période ne l’a jamais quitté. À Scope, il répond : “Hélène ? Ça a été le début, un phénomène incroyable, un vrai événement, de beaux souvenirs. Ça a été une lancée incroyable de carrière.”
Le succès avait été fulgurant. Trois millions de disques vendus; l’album prit en quelques semaines la première place des palmarès au Québec, en France, en Belgique, en Suisse et en Norvège. À Maurice, la chanson avait été élue “Disque de l’Année”, la vague Roch Voisine ayant aussi déferlé sur notre île. En 1990, Hélène fut consacré “Album Francophone de l’année” lors des Victoires de la musique en France. Le premier d’une série de récompenses prestigieuses qui lui seront ensuite décernées.
Tourné, j’ai tourné.
Roch Voisine entame alors des tournées au Canada et en Europe, où il joue souvent à guichets fermés dans les plus grandes salles de concert. Ses fans se comptent par centaines de milliers. Des millions de téléspectateurs suivent ses lives; le phénomène est baptisé “Rochmania”.
En 1992, un an après la sortie de son album Double, il est le plus jeune artiste à recevoir la distinction honorifique de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres du gouvernement français. Quelque temps après, lors du 125e anniversaire du Canada, célébré en présence de la reine Elizabeth II, il interprète I’ll Always Be There, écrite avec la collaboration de David Foster, célèbre producteur canadien. En octobre, c’est la sortie canadienne et européenne du troisième album double, Europe Tour, qui comprend 22 chansons, dont La Légende Oochigeas, rapidement numéro 1.
Kissing rain.
Alors que sa statue de cire est installée dans le célèbre Musée Grévin, l’artiste s’engage dans un vrai marathon de créations. Les albums sortent sans le moindre répit, et les tubes également.
En 1997, après Kissing Rain, réalisé avec les meilleurs musiciens californiens comme invités, Roch Voisine est promu Officier de l’Ordre du Canada. Il a alors 34 ans et il a du mal à comprendre pourquoi un tel honneur lui est fait, explique-t-il à Scope. “Je ne mesurais pas encore très bien la portée d’une telle distinction. J’étais très jeune et les autres autour de moi avaient des cheveux blancs.” D’autres avaient du mal à s’imaginer un jeune homme recevant une telle distinction : “Un jour au resto, une dame relativement âgée a demandé à ma copine si c’était bien l’insigne de l’Ordre du Canada que je portais. Elle voulait savoir si elle appartenait à mon père ou à mon grand-père. Elle a été très surprise d’apprendre que c’était la mienne”, raconte-t-il en riant.
Artiste Masculin francophone aux NRJ Awards de 2006, Roch Voisine est également Docteur honoris causa en musique de l’Université de Moncton en 2007. Juste après, il recevait un disque en diamant pour récompenser ses huit millions d’albums vendus. Le prix d’excellence pour le leadership au Canada lui a été remis en 2008 pour son implication au sein de l’UNICEF en Afrique.
Darlin’.
Vingt-cinq albums jusqu’ici. Parmi, Coup de tête, Chaque feu, L’album de Noël/Christmas is calling, Higher, Je te serai fidèle, Sauf si l’amour, entre autres. Quelques-uns de ses titres les plus connus sont : Avant de partir, Darlin’, Tant pis, La promesse, La berceuse du petit diable, Une femme parle avec son coeur… Il compte déjà plusieurs Best of et aussi des albums réalisés à la fois en français et en anglais.
Roch Voisine dit ne pas savoir quand il faudra s’arrêter : “Je ne sais pas, je ne pense pas à ça. Une carrière musicale, c’est un éternel recommencement. C’est aussi un public qui se renouvelle sans cesse. La façon de travailler change année après année. La vie autour de nous change constamment. L’inspiration vient d’elle-même. Je me fie beaucoup à ce qui se passe autour de moi.”
Il lui reste d’autres avenues musicales à explorer, répond-il à Scope : “Un peu plus de country et plus cool. Travailler avec un grand orchestre. Il y a encore beaucoup de choses à faire. On évolue avec le temps; on fait de nouvelles découvertes. Ça me fascine toujours autant.”
Ces jours-ci, il goûte au plaisir de la scène avec la même intensité : “J’adore faire de la scène. Le grand défi, c’est de rester enchanté. J’adore; c’est extraordinaire. Surtout que j’ai la chance de découvrir un nouveau public.”
Le 27 novembre, Roch Voisine sera sur la scène du J&J Auditorium à Phoenix.