Les pêcheurs de thon de Roche-Bois et de Baie-du-Tombeau ont rencontré la presse ce matin afin d’alerter les autorités compétentes sur leur situation. En effet, disent-ils, « depi septam nou pa pe travay, pwason pa pe monte ! » Cette situation a été commentée par le président du Syndicat des Pêcheurs de Maurice, Judex Rampaul, également présent au Débarcadère de Roche-Bois.
« Nou bann peser ki travay zis kat mwa lor un an. Nou lapes zis thon nou. Sak lane nou atann zis sa pwason-la pou soign nou fami. Sa lane-la nanie nou pann gagne ! Kouma nou pou nouri nou fami », s’exclame Siven Marimootoo, pêcheur de thon depuis 17 ans. Tous les bateaux des pêcheurs étaient amarrés ce matin. « Pa pe al lor lamer. Lane dernie ou vinn la, na pa ena enn bato, nou tou pe travay », fait comprendre Jacques Désiré Isaei. David Fangamar indique que la pêche au thon représente une journée de travail. Le demi-kilo de ce poisson pélagique est actuellement vendu à Rs 60 sur le marché local, et les pêcheurs affirment qu’une “mauvaise” journée de travail leur rapporte une somme minimale de Rs 1 200 par jour. « Akoz sa nou fer sa travay-la. Nou travay zis kat mwa me nou resi ramas sa kass-la pou fer nou fami viv », dit Armachellum Ramalungam. Mais, la situation est intenable cette année. Hossen Nourdine, âgé de plus d’une cinquantaine d’années, affirme que les prises ont connu une baisse annuelle mais que jamais la situation n’a été aussi critique. Tous pointent du doigt les bateaux de pêche hauturière qui opéreraient à 40 miles nautiques. « Sa bann bato-la fini ramass tou pwason depi en deor e nou ti peser nou napa gagn nanie », affirme Jean-Rex Ramphul. Pour les pêcheurs, les autorités mauriciennes sont responsables de cette situation. Ils pointent du doigt un trop grand nombre de permis octroyés aux bateaux étrangers. « Lorla, sa bann gro bato-la fer gaspiyaz. Kan lakal bato overload, zot zet bann pwason-la », fulminent-ils.
Judex Rampaul affirme que « akoz sa nou pe demann ki bann akor entre l’Union européenne ek Maurice konsernan bann permi aret signe. Parski sa pe touy bann ti peser. Zot pa pe kapav nouri zot bann fami ». Rappelons que cet accord de partenariat dans ce secteur prévoit l’accès des bateaux de pêche des pays de la Commission européenne dans les eaux mauriciennes. Si cette situation perdure, les pêcheurs indiquent qu’ils n’auront plus les moyens pour faire vivre leurs familles. « Nou ena loan pou paye ek zanfan pou nouri », disent-ils d’une voix unanime. « Gouvernman bizin pran so responsabilite ».
Si la pêche du thon concerne plus d’une centaine de pêcheurs à Roche-Bois et Baie-du-Tombeau, ils sont plus d’un millier à travers l’île à la pratiquer. La pêche au thon se fait durant les mois d’octobre à janvier, période durant laquelle ce poisson migrateur est présent dans les eaux mauriciennes. Le SPM fait un appel au ministère de tutelle pour une rencontre afin d’évoquer ce point.